Musique à Saint-Leu :

Sakifo, c'est parti !


Publié / Actualisé
Sakifo Muzik Festival revient après une première édition très réussie. Les premiers concerts démarraient ce vendredi après-midi 5 août 2005 sur le podium du Massalé au Parc du 20 Décembre de Saint-Leu (Ouest). Les découvertes et les groupes locaux sont à l'honneur sur cette scène gratuite.
Sakifo Muzik Festival revient après une première édition très réussie. Les premiers concerts démarraient ce vendredi après-midi 5 août 2005 sur le podium du Massalé au Parc du 20 Décembre de Saint-Leu (Ouest). Les découvertes et les groupes locaux sont à l'honneur sur cette scène gratuite.
13h15. Le Quatuor Malenga a la lourde tâche d'ouvrir la 2ème édition du Sakifo devant quelques dizaines de festivaliers et sous la pluie. Les quatre jeunes instrumentistes français (trois violonistes et une violoncelliste) se sont mis en tête de rendre la musique classique au plus grand nombre en jouant "partout et avec une attitude rock n' roll". Le répertoire est effectivement classique (Brahms, Verdi, Bizet, Vivaldi....), les tenues de scène beaucoup moins : les musiciens ont troqué les habituels costard-cravates et robes de soirée pour des débardeurs moulants et des jeans (parfois déchirés). Pas de chef d'orchestre non plus pour présenter les titres, mais l'un des violonistes à la chevelure touffue et bouclée joue les maîtres de cérémonie pour un public peu nombreux mais attentionné et visiblement ravi. Les autres festivaliers sont sans doute encore retenus par le travail ou coincés dans les embouteillages... Rendez-vous dimanche à 8h au Massalé pour entendre le Quatuor Malenga revisiter quelques chansons d'Ousanousava.

Fusion avec Hamsa

Vers 14h20, Hamsa prend place sur scène. Il y a déjà un peu plus de spectateurs et le ciel commence à se dégager. Les huit musiciens réunionnais (tabla, percussions, saxophone, clavier, tabla, guitare) interprètent le répertoire du groupe dans sa version première, c'est-à-dire sans les musiciens indiens du Kerala. Pendant près d'une heure, ils nous livrent une performance un peu molle. Le public ne se montre pas très enthousiaste malgré les efforts des deux jeunes chanteurs, Patrice et Patricia. Le concept musical est pourtant intéressant : du séga-maloya teinté de jazz, de salsa et de sonorités indiennes.

Clin d'?il à Maxime Laope

La Fanfare Régionale prend ensuite le relais pour une animation entre deux stands pendant le changement de plateau. Les quelques musiciens du Conservatoire National de Région (trompette, trombone, tuba) et trois percussionnistes reprennent un répertoire de séga et de romances créoles dans la tradition des orchestres en cuivre. Le public, debout, reprend en ch?ur "Ti Fleur Fanée" et "La Rosée Tombée". Un clin d'?il à Maxime Laope, ségatier disparu il y a tout juste trois semaines...
La Fanfare se dirige ensuite vers le podium pour laisser place à Zikzako et son chanteur-guitariste Jim Fortuné. Jean Cabaret, qui présente les groupes, nous conseille de "bien écouter les paroles". On aimerait bien, mais le son nous permet à peine de comprendre la poésie de Jim. Accompagné de son fidèle percussionniste Fabrice et de deux nouveaux musiciens (flûte traversière et trombone), il nous interprète ses "textes doux-amer" sur de la bossa-nova.
La chanteuse Claudine François le rejoint sur scène pour interpréter une des nombreuses chansons créées pendant les Rencontres du Kabardock en juillet.
Rencontres et découvertes, l'esprit Sakifo est bel et bien de retour.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !