Sakifo Musik Festival :

Sakifo 2 bat son plein au Massalé


Publié / Actualisé
Deuxième jour de concerts ce samedi 6 août sur la scène gratuite du Village (Parc du 20 décembre). Les festivaliers découvrent ou redécouvrent les groupes locaux programmés. Maloya, rap, reggae, on mélange les genres.
Deuxième jour de concerts ce samedi 6 août sur la scène gratuite du Village (Parc du 20 décembre). Les festivaliers découvrent ou redécouvrent les groupes locaux programmés. Maloya, rap, reggae, on mélange les genres.
Mélanz Nasyon démarre à 13h15 devant un peu moins de 200 spectateurs. Comme à leur habitude les 10 musiciens de maloya sont vêtus de tuniques africaines. Stéphane, leader et joueur de kayanm, ouvre le bal avec un hommage "pou bann gramoun in vyin alé" ("pour les anciens qui nous ont quittés"). Le groupe n'oublie pas les maîtres du maloya disparus l'un après l'autre depuis un an. Stéphane laisse ensuite la place à Thomas, qui, de sa superbe voix, commence par "Kabaré Po Lonèr" et enchaîne avec quelques titres efficaces. Avec la jolie danseuse, Valérie, qui mêle maloya et danse africaine, le groupe n'a aucune difficulté à séduire la foule. A l'invitation des musiciens, les gens s'approchent de la scène, tapent des mains et dansent. Le temps d'annoncer la sortie d'un "Best of" pour les 10 ans du groupe et Mélanz Nasyon quitte la scène après un rappel.

Ados en délire pour Atep

Les festivaliers s'amassent au fur et à mesure dans le Parc du 20 décembre quand on annonce l'arrivée d'Atep. Un DJ commence le set en mixant quelques tubes RnB et rap du moment pendant 5 bonnes minutes. Puis le rappeur fait son entrée en casquette, lunettes noires, bermuda et grand t-shirt sur la musique du fameux rap bollywood "La! La! La!".
Entouré par son alter-ego Laz, son DJ et trois jeunes danseuses, Atep offre aux festivaliers son rap d'ambiance. Quelques dizaines d'ados s'attroupent devant la scène, on entend même quelques filles hurler entre deux titres. Les deux rappeurs lancent des "bougez les mains", "faites du bruit" aux fans entourés d'une foule impassible. Au bout de trois quarts d'heure de concert, Atep termine sur son tube ("La! La! La!") en chantant par-dessus une bande sonore.

Reggae avec Kom Zot

15h40, on enchaîne avec le groupe de reggae Kom Zot. On est à Saint-Leu, ville du reggae par excellence comme en témoigne la présence de rastas et de stands où l'on vend toutes sortes d'accessoires et de vêtements à l'effigie de Bob Marley. Il faut dire que Sinsémilia est programmé à La Ravine ce soir. Kom Zot joue donc devant un public amateur du genre. C'est du "bon son", comme diraient les initiés. Entendez par là, de la bonne musique puisque les conditions techniques, elles, ne sont décidemment pas au top pour les artistes locaux. Au bout d'un quart d'heure, le groupe s'arrête au beau milieu d'un titre : les musiciens ne s'entendent pas jouer. Une pause technique s'impose pour arranger ça. Le chanteur Luciano garde le sourire et improvise un "Ti Fleur Fanée" pour faire patienter le public. Au bout de 7 minutes, la musique reprend dans le Village maintenant plein. Les festivaliers sont visiblement ravis. Le Sakifo bat son plein au Massalé.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !