Musique :

Baster prépare son nouvel opus


Publié / Actualisé
Chemin Morin à Saint-André, tout est calme en ce début d'après-midi du mardi 6 septembre 2005. Quelques voitures sont sagement stationnées devant une grande case. Aucun bruit n'arrive jusqu'à la rue. Pourtant il suffit de traverser la cour et de pousser une double porte pour être transporté dans un univers plein de sonorités: bienvenue dans le monde de Baster où Thierry Gauliris et ses musiciens préparent leur nouvel opus
Chemin Morin à Saint-André, tout est calme en ce début d'après-midi du mardi 6 septembre 2005. Quelques voitures sont sagement stationnées devant une grande case. Aucun bruit n'arrive jusqu'à la rue. Pourtant il suffit de traverser la cour et de pousser une double porte pour être transporté dans un univers plein de sonorités: bienvenue dans le monde de Baster où Thierry Gauliris et ses musiciens préparent leur nouvel opus
L'atmosphère est studieuse dans la petite régie de GM Studios. Joël Gonthier, le "boss" du studio d'enregistrement, est installé derrière ses claviers et ses ordinateurs. Autour de lui des centaines de boutons encastrés dans d'étranges machines, scintillent, s'éteignent, s'illuminent. Juste à côté de lui, perché sur un tabouret, Thierry Gauliris lui fait signe d'arrêter la bande son. , Le chanteur et leader de Baster, l'un des groupes les plus populaires de l'île, n'est pas tout à fait satisfait du passage qu'il vient d'entendre. Il demande à l'écouter de nouveau. Non décidemment cela ne va pas. Cela vient d'un petit quelque chose en trop ou en moins dans un accord de guitare. Alors Laurent Robert, le guitariste du groupe remet ça. Il plaque à nouveaux ses accords, une fois, deux fois, trois fois. Joël Gonthier joue de la souris, les ordinateurs enregistrent. "Là c'est bon" lâche Thierry Gauliris. Éric Ichane, le "clavier" du groupe, hoche la tête en signe d'assentiment.

En pleine "re - re"

On peut passer à une autre phrase musicale. Elle aussi sera répétée encore et encore jusqu'à ce qu'elle soit parfaite à l'oreille du chanteur. Le groupe est en studio depuis une dizaines de jours et "les 10 morceaux de l'album ont déjà tous été enregistrés. Actuellement nous sommes en plein "re -re"" note Thierry Gauliris. Les spécialistes auront compris de quoi il s'agit. Pour les autres, sachez que le groupe est en train de peaufiner l'enregistrement. Un travail de longue haleine: le but étant de traquer toute impureté musicale et d'enrichir le morceau.
Alors tous les musiciens un par un vont y passer. En compagnie du leader de longues heures durant, ils vont réécouter les morceaux, rejouer ce qui ne va pas et suivre les indications de Thierry Gauliris qui lui aussi se livrera à l'exercice. À deux reprises: pour la guitare et pour le chant. "On ne peut pas se permettre d'être approximatif" souligne le chanteur. Question de respect d'un public qui parce qu'il est acquis depuis longtemps à la cause du groupe sudiste "doit avoir droit au meilleur".

Exploration

L'opus qui se prépare sera celui de "l'exploration musicale", car dit Thierry Gauliris, "je n'aime pas les habitudes, je veux toujours étonner". Le débat "Baster a ou n'a plus le son de ses débuts" est visiblement sans grand intérêt pour le chanteur. "La création ne peut se satisfaire du "déjà vu"" dit-il simplement. "C'est pour cela que je ne refais jamais deux fois la même chose. J'adore explorer les genres musicaux et les métisser" dit encore Thierry Gauliris. "De ce point de vue, le fait de jouer avec de nouveaux musiciens est aussi pour moi un moyen d'approfondir cette exploration" ajoute-t-il (l'album en cours de réalisation sera le premier avec les nouveaux musiciens du groupe). "Il n'y a pas de limite à la création, car tout est toujours à venir" remarque le musicien. "Au risque d'en choquer certains, je dirais que je n'ai aucune envie de m'enfermer dans un ghetto musical" poursuit-il.
Joël Gonthier lance trois morceaux à la suite. Ils réservent des (bonnes) surprises. Musicales mais aussi au niveau des textes, l'un d'eux est même en Français. Reste que le "son" Baster, reggae - maloya - séga, est bel est bien présent dans les morceaux qui lentement prennent vie en studio. Un peu comme s'ils avaient tous un air de famille mais avec leur propre personnalité et leur propre âme.
L'album est attendu dans les bacs vers la fin octobre 2005. Le public ne devrait pas être déçu.

o Baster c'est...

Thierry Gauliris: chant et guitare
Laurent Robert: guitare
Jérémie Lapra: basse
Éric Ichane: clavier
Max Dalleau: batterie
Hary Périgone: percussions
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !