Un artiste réunionnais signe avec un label japonais :

De Saint-Joseph au Japon : Lightning exporte son rock


Publié / Actualisé
A 24 ans, Sébastien Fontaine, Lightning de son nom d'artiste, entame sa carrière d'auteur-compositeur-interprète avec un premier opus baptisé "Break the cage". L'album est produit par un label japonais, une première pour un chanteur de La Réunion. (photo D.R.)
A 24 ans, Sébastien Fontaine, Lightning de son nom d'artiste, entame sa carrière d'auteur-compositeur-interprète avec un premier opus baptisé "Break the cage". L'album est produit par un label japonais, une première pour un chanteur de La Réunion. (photo D.R.)

"Il y a dix ans de cela, j’ai découvert un groupe japonais "X Japan", ça a été un grand choc pour moi et j’ai tout de suite su que je voulais faire de la musique !" se remémore Sébastien Fontaine, alias Lightning. Aujourd’hui, il est le premier artiste réunionnais à signer avec un label japonais. Une opportunité qui lui a permis de sortir son premier album, "Break the cage". L’opus aux sonorités rock est inspiré par la culture japonaise que l’artiste aux origines saint-joséphoises apprécie depuis son plus jeune âge.

Il commence sa carrière en tant que musicien pour différents groupes réunionnais et enchaîne ainsi les concerts. Il participe notamment à l’enregistrement du dernier album de Daniel Facérias, auteur du spectacle "Allons Marron" joué pour la première fois à Saint-Joseph en 1998 pour les 150 ans de l’abolition de l’esclavage. Lighting "saute ensuite la mer" pour voyager entre les Etats-Unis, l’Afrique du Sud et l’Europe. Sa traversée du monde dure deux ans et lui permet de travailler sur différents projets artistiques.

Le jeune Réunionnais souhaite maintenant se consacrer à sa carrière solo afin "d’exprimer vraiment ce qu’il ressent". Son premier opus est entièrement composé et interprété par lui-même. Il a aussi pu compter sur l’aide de Steve Prestage pour le mix, l’ingénieur son de Peter Gabriel, Johnny Halliday et Céline Dion. "Break the cage" serait à la fois "très mélodique et parfois un peu brutal", selon Lightning.

Il envoie alors sa démo à différents labels japonais. "Plusieurs m’ont répondu, mais "Kirakira record" a été très intéressé et a proposé de me faire signer tout de suite", indique le compositeur. Le maison de production est établie à Kyoto et s’occupe surtout de groupes indépendants. Une aubaine pour Sébastien Fontaine qui s’exporte ainsi au Japon, où son album sortira le 21 septembre prochain. Pour les fans réunionnais, il sera aussi disponible sur les plates-formes de téléchargement numérique à la même date.

Autre projet atypique de l’artiste : la composition d’une chanson pour Alys, la première chanteuse virtuelle franco-japonaise (*). Le morceau sort également au mois de septembre. Si son actualité est plutôt tournée vers le Japon, le Saint-Joséphois n’oublie pas l’Hexagone. "Daniel Facérias aimerait me prendre comme guitariste sur ses tournées, on doit en reparler prochainement" précise t-il. Entre le Japon, la France et l’île de la Réunion, pas de frontières pour l’artiste rock.

Maëva Pausé pour www.ipreunion.com

(*) L'artiste virtuel - égalemment appelé "Vocaloid" - est un concept d'orgirigine japonaise. Les interprètes n'existent pas mais possèdent une personnalité numérique. Ils se produisent en concert par le biais d'hologrammes. Le plus célèbre d'entre eux est Hatsune Miku qui compte plus de 2,5 millions de fans sur Facebook.

   

3 Commentaire(s)

Akai Cifer, Posté
<3 Visual Kei, bien plus qu'un style vestimentaire, une façon de voir les chose. Félicitation à lui! <3 Japan! #theGazettE
Marie jo espace, Posté
Je suis fière de lui, continue.
Matsu Me, Posté
La Réunion est le Japon de la France