Signature d'une convention Justice-Culture :

Des artistes réunionnais à la rencontre des détenus


Publié / Actualisé
Permettre aux détenus "d'ouvrir leur esprit et d'avoir confiance en eux" : tel est l'objectif d'une convention signée ce vendredi 15 juin 2018 par la Direction des affaires culturelles Océan Indien (DAC-OI), le centre pénitentiaire du Port, la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse à La Réunion, et le Service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP). Cet accord permettant aux personnes placées sous main de justice d'avoir un accès à la culture, implique des artistes réunionnais. Une trentaine exactement qui ont pour mission de se rendre dans les prisons de l'île (le Port, Domenjod et Saint-Pierre) afin de proposer aux détenus, mineurs des ateliers créatifs.
Permettre aux détenus "d'ouvrir leur esprit et d'avoir confiance en eux" : tel est l'objectif d'une convention signée ce vendredi 15 juin 2018 par la Direction des affaires culturelles Océan Indien (DAC-OI), le centre pénitentiaire du Port, la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse à La Réunion, et le Service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP). Cet accord permettant aux personnes placées sous main de justice d'avoir un accès à la culture, implique des artistes réunionnais. Une trentaine exactement qui ont pour mission de se rendre dans les prisons de l'île (le Port, Domenjod et Saint-Pierre) afin de proposer aux détenus, mineurs des ateliers créatifs.

Ce vendredi 15 juin 2018, le directeur de la DAC-OI, Marc Nouschi, a affirmé : "l’accès à la culture est un droit pour tous. La culture est vecteur d’émotions".

 

Partenaire depuis 2011, le centre pénitentiaire du Port a déjà pu voir les répercussions qu'ont ces ateliers créatifs sur les détenus. Lionel Grand, directeur de la prison, l'affirme : "les détenus sont très impliqués et adhèrent à ce genre d’activités".

 

 

Axel Sorres est un auteur-compositeur-interprète. Il intervient depuis 2013 dans les prisons. Et plus précisément à Domenjod, dans le quartier des mineurs. Voici ce qu’il propose aux jeunes :

 


"Je ne me qualifierais pas comme éducateur mais comme intervenant ajoute-t-il. J’apprends beaucoup de ces jeunes" :

 

 

Ces initiatives ont permis de "développer leur savoir-être et de les valoriser. Grâce à ce partenariat fructueux plus de 150 jeunes de toute l’île, incarcérés, ont dansé, slamé leurs envies, dessiné leurs parcours ou jonglé avec leurs émotions. Ils ont voyagé à travers l’Histoire de l’île et sur les sentiers des Hauts (souvent inconnus). Ces actions constituent autant de moyens de renforcer la confiance nécessaire à leur évolution." conclut la DAC-Oi.

www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !