Un duo Mauricien d'exception :

Saint-Benoit : Triton et Menwar au Bisik le 28 septembre


Publié / Actualisé
Réunis pour un projet musical exceptionnel, Éric Triton et Menwar seront sur la scène du Bisik le 28 septembre 2018, à 20h. Une invitation au voyage au rythme du séga et du blues mauricien.A tout petit prix, puisque les places sont proposées à 5 euros sur réservation préalable ou à 6 euros le soir du concert, sur place.
Réunis pour un projet musical exceptionnel, Éric Triton et Menwar seront sur la scène du Bisik le 28 septembre 2018, à 20h. Une invitation au voyage au rythme du séga et du blues mauricien.A tout petit prix, puisque les places sont proposées à 5 euros sur réservation préalable ou à 6 euros le soir du concert, sur place.

Menwar, de son vrai nom Stéphano Honoré, est un artiste charismatique à la voix étrange. Un maître de la ravanne qui arpente les scènes du monde depuis une trentaine d’années où il rassemble à chaque occasion, un public mosaïque. Avec ses chansons atypiques, ses instruments de musique originaux, tels que le sanza, le pistas, le lardwaz, Menwar promet un voyage tout en musicalité.
Dans cette rencontre avec Éric Triton il transcende la musique traditionnelle de l’île sœur avec une ferveur commune de faire vivre une musique universelle et des textes chargés de sens comme autant de manifestes pour prouver que "l'art vaincra !". Sur l'île Maurice comme ailleurs.

Menwar, la créativité à la clé

Menwar enregistre son premier 45 Tours en 1977 ainsi que quelques cassettes dans les années 1980. En 1996, il fonde une école de ravanne, sort en 1998 son premier CD, Pop Lekonomi, puis Leko Rivyer Nwar en 2003. 2006 voit le jour de son album Ay Ay Lolo sous le label français Marabi, qui d’ailleurs lui ouvre la perspective d'une carrière internationale. Cet album lui permet une reconnaissance de taille hors de l'île Maurice, puisqu'il fait partie des " Coups de Coeur " décernés en 2006 par l'Académie Charles-Cros dans la catégorie des créations. La scène internationale l’a accueillie à maintes fois. En 2000, cet ambassadeur de la musique mauricienne s’envole avec son groupe Sagai pour le Festival Musiques Métisses d'Angoulême puis en Afrique du Sud, à la Réunion pour le festival Sakifo et dans les autres îles de l'océan Indien. Le triangle, la ravanne et le djembé, congas, doum-doum, tambour d'eau, ainsi que des instruments de son invention pistass, kanenba, l’accompagnent lors de ses différentes prestations.

Éric Triton, le gaucher guitariste

C'est en se confrontant aux cultures du monde que Triton a fait de sa dextérité instrumentale, de son intensive sensualité parolière et de son engagement artistique un véritable sacerdoce. Son jeu de gaucher sur une guitare de droitier, son spectre vocal et son message envoûtent. Ce guitariste a le blues dans la peau et manie son instrument avec une vista étonnante, digne des plus grands spécialistes du genre.
Au séga, musique emblématique de l'île Maurice, se mêlent le swing et le blues. C'est sa manière d'affirmer sa fierté d'être mauricien. C'est ce même attachement à exprimer la culture de sa terre qui le pousse à écrire et à chanter.
Il joue avec Keziah Jones, Jacques Higelin, qui l’a découvert lors d’un concert à Maurice en 90. Universal publie son premier album en 2004, " Nation ". Depuis, Éric Triton enchaîne les concerts et premières parties de choix où son blues mâtiné de créole mauricien fait toujours mouche.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !