Littérature :

Grand Prix du Roman Métis : deux Réunionnais parmi les romans sélectionnés


Publié / Actualisé
Le jury du Grand Prix du Roman Métis, présidé par Laurent Gaudé (lauréat de la précédente édition), a sélectionné 12 titres sélectionnés pour la 11e édition du concours. Deux Réunionnais sont en compétition cette année (Photo D.R./Roman Métis)
Le jury du Grand Prix du Roman Métis, présidé par Laurent Gaudé (lauréat de la précédente édition), a sélectionné 12 titres sélectionnés pour la 11e édition du concours. Deux Réunionnais sont en compétition cette année (Photo D.R./Roman Métis)

Créé en 2010 , le Grand Prix du Roman Métis, prix littéraire international de la Ville de Saint-Denis, récompense un roman francophone paru depuis moins d’un an et véhiculant des valeurs de métissage, d’humanisme et de diversité.

Parmi les 12 romans sélectionnés cette années figurent deux Réunionnais : "Un montre est là, derrière la porte" de Gaëlle Bélem (Gallimard) et "Un soleil en exil" de Jean-François Samlong (Gallimard).

La sélection 2020

– "Boy Diola", Yancouba Diémé (Flammarion)
– "Ceux qui partent", Jeanne Benameur (Actes Sud)
– "L’imprudence", Loo Hui Phang (Actes Sud)
– "Le premier qui tombera", Salomé Berlemont-Gilles (Editions Grasset et Fasquelle)
– "Les petits de Décembre", Kaouther Adimi (Editions du Seuil)
– "Misère", Davina Itoo (Atelier des nomades)
– "Mur Méditerranée", Louis-Philippe Dalembert, (Sabine Wespieser éditeur)
– "Rivage de la colère", Caroline Laurent (Editions Les Escales)
– "Tous les enfants dispersés", Beata Umubyeyi Mairesse (Editions Autrement)
– "Un monstre est là, derrière la porte", Gaëlle Bélem (Gallimard)
– "Un soleil en exil", Jean-François Samlong (Gallimard)
– "Zébu Boy", Aurélie Champagne (Monsieur Toussaint Louverture)

Les 4 finalistes seront connus en octobre, et le nom du lauréat en novembre. La cérémonie de remise des prix elle est prévue le 1er décembre prochain.

www.ipreunion.com
 

   

1 Commentaire(s)

Champacs, Posté
Bizarre, je croyais que le roman de Gaëlle Bélem s'appelait "Un monstre est là, derrière la porte" et non pas "Un montre est là, derrière la porte" (C'est corrigé grâce à vous, merci beaucoup et bonne journée)