02
Oct

    Victorin à Lurel à La Réunion ce samedi pour "évaluer les dégâts"

    Bejisa : un coût humain, social et économique

    Les 17 et 18 octobre 2013, Victorin Lurel était venu deux jours en visite, pour parler situation économique et sociale à une Réunion lourdement frappée par le chômage et la précarité. En débarquant à nouveau à l'aéroport de Gillot ce samedi 4 janvier 2014, à 9h20, le ministre des Outre-mer trouvera une île encore plus exsangue, se relevant tout juste du passage dévastateur du cyclone tropical Bejisa ayant frappé l'île durant presque 24 heures, entre le jeudi 2 et le vendredi 3 janvier.
    Posté par IPR
    Illustration : Cyclone Bejisa
    Illustration : Cyclone BejisaIllustration : Cyclone BejisaIllustration : Cyclone BejisaIllustration : Cyclone Bejisa

    Victorin Lurel viendra témoigner de la "solidarité nationale" du pays envers l’un de ses départements meurtris dans chair – 1 mort, 2 blessés graves, 15 blessé légers – mais aussi dans tous les domaines de la vie quotidienne, sociale, et bien sûr économique. Le ministre tentera ainsi de faire une première évaluation de dégâts difficiles à estimer à l’heure actuelle.

    Pour mesurer l’impact du passage de Bejisa, le Guadeloupéen croisera d’ailleurs dans l’avion le deuxième contingent de 50 militaires métropolitains dépêchés en urgence par le ministère de l’Intérieur pour venir en aide aux populations sinistrés. Preuve du caractère exceptionnel de l’intensité de ce cyclone, "le plus sérieux depuis 20 ans", selon le préfet Jean-Luc Marx.

    De son côté EDF a également fait appel à des renforts extérieurs : ce sont 50 agents venus de Corse qui débarqueront ce dimanche 5 janvier pour venir en aide aux Réunionnais. Ils ne seront pas de trop, tant le réseau électrique a été endommagé. Huit lignes de très haute tension ont ainsi été touchées, ce qui n’était jamais arrivé auparavant. Au plus fort du cyclone, 181 000 foyers se sont retrouvés privés de courant. Et ce vendredi soir, à 18h30, ils étaient encore 122 000 à désespérer de sortir un jour du fénoir.

    Sans compter que pour beaucoup, ces coupures d’électricité se sont couplées aux interruptions de la distribution en eau. Ce vendredi à 18 heures, 49 % des abonnés (167 000) étaient encore privés d’eau courante et environ 345 000 confrontés à des problèmes de qualité de l'eau, une situation pouvant perdurer encore plusieurs jours.

    Le ministre de l’Outre-mer doit se rendre dans divers endroits de l’île, afin d’évaluer les dégâts pour pouvoir rendre compte de la situation au Premier ministre Jean-Marc Ayrault et au président de la République François Hollande. Il pourra ainsi  leur raconter les ports et les bateaux renversés, les arbres déracinés, les pylônes arrachés, les toitures envolées, les maisons inondées. Il pourra rapporter au plus haut niveau de l’Etat la situation des villages des hauts de l’Ouest et du Sud balayés par des vents de plus de 150 km/h, mais aussi toutes les plantations ravagées, les exploitations laminées, les radiers submergés et les torrents de boue.

    Pour rendre compte du mieux possible de la détresse de l’île, Victorin Lurel partira à la rencontre des équipes de secours et des élus locaux. Nul doute que ces derniers ne manqueront pas de l’interpeller, certains demandant déjà l’état de "catastrophe naturelle", de la présidente du conseil général Nassimah Dindar au sénateur-maire de Saint-Pierre Michel Fontaine en passant par la députée-maire de Saint-Paul Huguette Bello. Car après les drames et les larmes vient inévitablement la question des chiffres et de l’indemnisation. Et là aussi, l’addition risque d’être douloureuse.

    www.ipreunion.com

    5 Commentaire(s)

    Aimanou, Posté
    Un zoreil en vacances depuis 2 mois.
    Je trouve inadmissible que les 3/4 de la population subisse des coupures d'eau depuis près de 4 jours!!
    J'ai entendu ce matin un responsable d'EDF, que vous confirme, dans votre article, que Veolia est dépendant des coupures d'EDF. Comment depuis des années Véolia n'a pas pu résoudre ce problème de dépendance. Les zones stratégiques (captage par exemple) ne peuvent-elles pas être couplées avec des groupes électrogènes. La préfecture ne peut-elle pas obliger EDF de donner des priorités à l'instar des hôpitaux et autres bâtiments prioritaires.
    Il y aurait effectivement des investissements à faire , mais pour la préfecture et la région,
    Il s'agit tout de même d'un problème de salubrité et santé publique.
    Votez pour ceux qui municipalisent l\'eau , Posté
    Il faut municipaliser l'eau ainsi les bénéfices sont obligatoirement réinvestis et servent à l'amélioration du service et non pas à des actionnaires de multinationales c'est ce qu'à fait la commune de saint Paul : l'argent du contribuable est utilisé pour le contribuable !
    Armélio, Posté
    Où cette photo a t'elle été prise? Merci
    Webmaster ipreunion.com, Posté
    Armélio, cette photo a été réalisée à l"entrée de Saint-Louis, dans le sens ouest-sud. Webmaster ipreunion.com
    Armélio, Posté
    Merci c'est vraiment impressionnant