Après le passage de Bejisa :

Des dangers phytosanitaires suite au cyclone


Publié / Actualisé
Suite au passage du cyclone Bejisa, la fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON) a organisé une réunion ce mercredi 22 janvier 2014 sur les dangers phytosanitaires. L'objectif était de sensibiliser le maximum de personnes à ces risques ainsi qu'aux gestes permettant de les pallier.
Suite au passage du cyclone Bejisa, la fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON) a organisé une réunion ce mercredi 22 janvier 2014 sur les dangers phytosanitaires. L'objectif était de sensibiliser le maximum de personnes à ces risques ainsi qu'aux gestes permettant de les pallier.

En effet, selon la FDGDON, dans les conditions d'après-cyclone, les cultures sont fragilisées et sont plus sensibles aux attaques. "Au niveau des parties aériennes, - tiges, feuilles et fruit -, les maladies les plus fréquemment rencontrées sont les pourritures et les maladies de blessure (Botrytis, Erwinia, moisissures…), les maladies à champignons (anthracnose, mildiou, oïdium, cladosporiose, stemphyliose, …), et les maladies à bactéries", explique la fédération, soulignant que les ravageurs vont, pour leur part, profiter des blessures du fruit pour s’installer.

En ce qui concerne les parties souterraines, la FDGDON précise que "l’excès d’eau fragilise le système racinaire, ce qui le rend sensible aux attaques de bactéries, de champignons du sol et de ravageurs.

Face à de telles conséquences sur les cultures, la fédération rappelle que "les mesures préventives sont très importantes pour protéger rapidement la plante et lui permettre de poursuivre son développement normal".

Parmi ces mesures, éviter de circuler dans une zone cultivée tant que les plants sont trempés, remettre les plants debout pour les assécher, ne pas enlever les feuilles abîmées dans l’immédiat, procéder, en cas de nécessité, à une taille des cultures, ramasser et éliminer tous les déchets au sol (feuilles, branches, déchets de taille..), mettre les fruits dans un sac en plastique noir et fermé pour éviter les piqûres ou les sorties des insectes, ne pas arroser tant que le sol est humide, veiller à la qualité sanitaire de l’eau, après une pluie celle-ci peut être contaminée, réaliser les traitements préventifs selon les risques d’apparition de certaines maladies, ou encore, dans le cas particulier des cultures sous serres, rebâcher la serre de production et désinfecter le sol et le circuit d’irrigation avec un produit de désinfection sans toucher les sacs de substrat afin de limiter l’apparition du flétrissement bactérien et d'autres maladies du sol.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !