Saint-André :

Débris d'avion retrouvé : la troublante similitude avec le Boeing disparu de la Malaysia Airlines


Publié / Actualisé
Le débris d'avion retrouvé ce mercredi 29 juillet 2015 à Saint-André n'a toujours pas été identifié alors que la brigade de gendarmerie des transports aériens se penche actuellement sur la question. Contacté par Imaz Press Réunion, Xavier Tytelman, spécialiste de la sécurité aérienne, a trouvé des "similitudes incroyables" avec une pièce d'un Boeing 777. Pour rappel, c'est un appareil de ce type appartenant à la Malaysia Airlines - le MH370 - qui avait disparu dans l'océan Indien en mars 2014.
Le débris d'avion retrouvé ce mercredi 29 juillet 2015 à Saint-André n'a toujours pas été identifié alors que la brigade de gendarmerie des transports aériens se penche actuellement sur la question. Contacté par Imaz Press Réunion, Xavier Tytelman, spécialiste de la sécurité aérienne, a trouvé des "similitudes incroyables" avec une pièce d'un Boeing 777. Pour rappel, c'est un appareil de ce type appartenant à la Malaysia Airlines - le MH370 - qui avait disparu dans l'océan Indien en mars 2014.

"Vu le bord d'attaque, ce n'est ni une dérive ni une aile, mais un caisson de volets d'un avion de ligne. Le volet, c'est la partie arrière d'une aile. Là, ça ressemble plus précisément au flaperon d'un Boeing 777", assure l'expert. Schéma comparatif à l'appui, il s'explique sur son blog, après enquête avec d'autres spécialistes : "on voit bien la fente pour l’outboard actuator, le joint...". Il précise : il y a "des similitudes incroyables entre le flaperon d'un #B777 et le débris retrouvé".

Il ajoute qu'une référence est "indiquée sur le débris". Un code qui ne correspond ni à l'immatriculation d'un avion, ni au numéro de série d'un appareil. Par contre, si ce flaperon appartient bien au MH370, alors il est clair que cette référence permettra de l'identifier rapidement. Dans quelques jours, nous aurons une réponse définitive".

Il souligne ensuite "le fait que l'on retrouve des débris à La Réunion ne signifie pas que le MH370 ait été si loin. En s'abîmant au large de l'Australie, ses débris ont simplement pu être balayés par le courant, et s'échouer à cet endroit au bout d'un an?".

Le morceau d'aile a été pris en charge par les forces de l'ordre et transporté vers Sainte-Marie. Une identification doit être menée par la brigade de gendarmerie des transport aériens (BGTA) à Gillot. Les gendarmes pourraient être épaulés par le BEA (Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile) dans leur mission.

Autre coïcidence, les différents témoignages recueillis à Saint-André affirment que la pièce n'aurait pas été en mer depuis de longues années, vu le peu de signes de vieillissement constaté. Des coquillages ont certes réussi à coloniser l'objet, mais cette première datation évoquée est semblable à la date de la disparition du Boeing 777 de la Malaysia Airlines.

Pour rappel, le vol MH370 de la compagnie malaisienne reliant Kuala Lumpur et Pékin s'était écrasé dans l'océan Indien autour du 8 mars 2014. Il avait été détecté pour la dernière fois par les satellites entre l'Inde et l'Australie. Des débris avaient déjà été retrouvés sur une plage australienne. Mais ils n'avaient aucun lien avec l'appareil disparu qui transportait 239 passagers, dont deux-tiers de ressortissants chinois.

Toutes ces informations doivent bien entendu être vérifiées et authentifiées, notamment à l'aide d'un numéro d'identification retrouvé sur le débris. La piste du crash d'un avion de plus petite taille - comme le bimoteur qui s'était crashé au large de Pierrefonds - n'est pas totalement écartée. Ce sera aux experts de la BGTA - voire de la BEA - d'apporter les premières réponses à ce mystère.

Pour sa part dans un communiqué publié en début de soirée mercredi soir Boeing a réitéré son engagement à "soutenir l'enquête sur le MH370 et les recherches de l'appareil". "Nous continuons à partager notre expertise et nos analyses techniques. Notre but (...) reste non seulement de retrouver l'avion, mais aussi de déterminer ce qui lui est arrivé et pourquoi", a déclaré l'avionneur américain.

 

 

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Hum, Posté
l'aluminium ca s'oxyde mais ca rouille pas.