Elles pourraient arriver d'ici deux semaines :

MH370 : des familles de victimes attendues à La Réunion


Publié / Actualisé
Les familles de victimes du vol MH370 de la Malaysia Airlines pourraient arriver d'ici deux semaines, indique ce lundi 17 août 2015 le site internet de Réunion 1ère. Ces proches veulent participer aux recherches de nouveaux débris suite à la découverte à Saint-André du flaperon issu du Boeing 777. (photo Wikimédia)
Les familles de victimes du vol MH370 de la Malaysia Airlines pourraient arriver d'ici deux semaines, indique ce lundi 17 août 2015 le site internet de Réunion 1ère. Ces proches veulent participer aux recherches de nouveaux débris suite à la découverte à Saint-André du flaperon issu du Boeing 777. (photo Wikimédia)

"Quelqu’un s’occupe des réservations. On m’a dit dans une semaine. Ou deux au maximum. Beaucoup veulent venir. Mais certains sont vieux." Ying Lei Wang, dont les parents étaient sur vol MH370 de la Malaysia Airlines, a déclaré à Réunion 1ère que cinq familles chinoises devraient bientôt venir à La Réunion.

A Pékin, le souhait avait déjà été émis par les parents qui s'étaient réunis devant l'ambassade de la Malaisie en Chine. "Notre demande est d'aller à l'île de La Réunion pour voir par nous-mêmes. Tous les parents veulent y aller", avait déclaré à l'AFP Hu Xiufang, qui a perdu son fils à bord du Boeing 777.

La découverte du flaperon à Saint-André, qui a relancé l'enquête autour du vol MH370, a poussé ces proches à venir pour "découvrir la vérité." "Les autorités nous disent que c’est une pièce de l’avion, mais elles ne nous disent pas quels tests elles ont faits pour affirmer cela, elles ne montrent aucun document. Elles font des annonces sans prévenir les familles, sans preuve. Nous, on veut des preuves", a témoigné Grace, une Malaisienne interrogée par Réunion 1ère.

Pour Lu Zhanzhong, partir à La Réunion est le seul moyen de savoir ce qui s'est passé. "Nous voulons aller dans l'île voir la vérité. Je veux voir si le bagage de mon fils y est", a-t-il déclaré à l'Agence France Presse. "Nous allons y aller tous ensemble. C'est ce qu'exigent les accords internationaux", ajoute Zhang Jianyi, qui avait deux membres de sa famille à bord.

La Malaysia Airlines n'a "aucune obligation légale d'envoyer les proches de victimes à l'île de La Réunion"

Les familles de victimes ont demandé à être reçues par un représentant du gouvernement malaisien. En vain. Elles se sont alors tournées vers la Malaysia Airlines afin qu'un vol soit affrété entre la Chine et La Réunion. Mais la compagnie malaisienne a déjà annoncé vendredi dernier au journal malaisien The Sun qu'il n'existe aucune "obligation légale d'envoyer les proches de victimes à l'île de La Réunion ou dans tout autre endroit où des débris pourraient être trouvés."

C'est donc par leurs propres moyens que les proches devront se rendre à Saint-Denis. "On n’obtiendra sûrement pas les résultats que l’on souhaite, là-bas. On ne saura toujours pas pourquoi l’avion est tombé, pourquoi il a coupé le contact radio avec l’aéroport. Mais quand même… on doit y aller", a indiqué Ying Lei Wang, qui aimerait se joindre aux opérations de recherches qui se terminent officiellement ce lundi à La Réunion.

Pour rappel, la ville de Saint-André a d'ores et déjà annoncé se préparer à accueillir les familles si elles souhaitent venir à la Réunion. "Elles seront accueillies et accompagnées dans les meilleures conditions sur le territoire de notre ville", a déclaré le maire Jean-Paul Virapoullé dans un communiqué.

"Si cela peut apaiser la terrible douleur de ces centaines de familles, la ville de Saint-André, avec l’accord des autorités internationales concernées, est disposée à faire édifier une stèle dédiée à la mémoire des personnes aujourd’hui disparues. Nous espérons que cette découverte permettra de résoudre une énigme particulière douloureuse", a-t-il ajouté.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !