Le préfet tire la sonnette d'alarme après le drame du Moufia :

Dominique Sorain : "On ne peut pas continuer comme ça"


Publié / Actualisé
Au lendemain du dramatique accident ayant coûté la vie à cinq jeunes étudiants dans le quartier du Moufia, à Saint-Denis, le préfet Dominique Sorain a tenu à tirer la sonnette d'alarme au sujet de la sécurité routière à La Réunion. "C'est le premier accident de cet ampleur à La Réunion. On est à 44 tués depuis le début de l'année sur les routes, dont 22 piétons et 16 deux-roues. Il y a une surreprésentation des catégories les plus vulnérables des usagers de la route, on ne peut pas continuer comme ça", a-t-il martelé.
Au lendemain du dramatique accident ayant coûté la vie à cinq jeunes étudiants dans le quartier du Moufia, à Saint-Denis, le préfet Dominique Sorain a tenu à tirer la sonnette d'alarme au sujet de la sécurité routière à La Réunion. "C'est le premier accident de cet ampleur à La Réunion. On est à 44 tués depuis le début de l'année sur les routes, dont 22 piétons et 16 deux-roues. Il y a une surreprésentation des catégories les plus vulnérables des usagers de la route, on ne peut pas continuer comme ça", a-t-il martelé.

Que peut-on dire ce jeudi midi quant au bilan de ce dramatique accident ?

"Une voiture a percuté six personnes, quatre sont décédés tout de suite, une cinquième est décédée pendant la nuit et il y a une sixième personne qui est toujours hospitalisé dans un état très grave, voire critique. Les identifications sont en cours, c’est un processus long car il faut être sûr avant de signaler aux familles les identités. Sur les six victimes, il y en avait cinq qui étaient étudiants à l’université, plus une autre qui était étudiante dans une autre école de l’île."

Quel est votre sentiment au lendemain de ce drame ?

"D’abord on ne peut penser qu’au drame humain puisque ce sont des jeunes de 18-20 ans. Tous les six ont entre 18 et 20 ans. On ne peut penser qu’aux familles, aux proches qui vivent un véritable drame qui les marquera à tout jamais."

"Il n’y a pas de fatalité"

Que pouvez-vous nous dire sur les circonstances de l’accident ?

"Concernant l’accident de cette nuit, on n’a pas encore les résultats de l’enquête. L’enquête judiciaire est en cours et je n’ai pas de commentaires à faire sur ce sujet. Mais on sait que le conducteur avait consommé de l’alcool au-delà de la règle."

Cinq morts, une sixième personne dans un état critique, c’est un accident d’une ampleur inédite...

"Oui, je crois que c’est le premier accident de cet ampleur à La Réunion. Je crois qu’il n’y avait jamais eu autant de tués dans un accident. C’est un problème, d’autant plus que nous avons une typologie particulière des accidents et des tués sur l’île. On est à 44 tués depuis le début de l’année sur les routes, dont 22 piétons et 16 deux-roues. Donc il y a une surreprésentation des catégories les plus vulnérables des usagers de la route. C’est un véritable problème, mais il n’y a pas de fatalité en la matière."

Quel message souhaitez-vous faire passer

"À l’approche des fêtes, je veux à nouveau indiquer qu’il faut changer les comportements sur la route. Nous sommes confrontés à un problème très spécifique à l’île, je ne connais pas d’autres territoires où il y ait une telle situation. La moitié des tués sont des piétons, donc ça suppose d’autres comportements. Il y a des cas où les piétons peuvent provoquer des accidents, mais dans la plupart des cas, et c’était le cas hier soir, ce sont des voitures ou des deux-roues qui vont heurter des piétons, ou des voitures qui vont heurter des deux-roues. Il faut donc bien s’assurer que les règles élémentaires de sécurité sont respectées lorsqu’il s’agit de partager la chaussée."

"Ce n’est pas une question statistique, c’est une question humaine"

Allez-vous prendre de nouvelles initiatives en matière de sécurité routière ?

" Oui, cela se traduira par des contrôles renforcés à nouveau et les actions de prévention vont continuer. On est quand même sur une baisse tendancielle du nombre d’accidents, de blessés et de tués depuis plusieurs années, mais on se rend compte qu’aujourd’hui nous sommes sur un plateau en terme de résultats et qu’il va falloir faire des efforts supplémentaires pour baisser le nombre de tués et de blessés. Ce n’est pas une question statistique, c’est une question humaine, car derrière il y a des familles. Quand on pense à ces jeunes qui sont morts cette nuit, c’est l’aspect humain qu’il faut souligner. On ne peut pas continuer comme ça, il faut vraiment que les conducteurs, que tous les usagers de la route redoublent de vigilance. "

Ces actions seront-elles plus particulièrement tournées vers les jeunes ?

"Il n’y a pas que les jeunes qui provoquent des accidents. Mais c’est vrai qu’ils peuvent être surreprésentés et qu’il y a l’aspect des conducteurs novices. D’où les efforts à faire en terme de prévention, dans les établissements scolaires, pendant les cours. Il faut rabâcher les consignes sur ces sujets. Ce sont aussi les actions de la police et de la gendarmerie qui agissent en terme de sanctions mais qui font aussi de la prévention. Ce sont des actions à mener tout au long de l’année pour rappeler les drames que cela constitue... Imaginez que cinq jeunes ont perdu la vie hier parce que quelqu’un n’a pas maîtrisé son véhicule... Ça fait beaucoup s’interroger, c’est loin d’être anodin."

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Sylvana, Posté
Entièrement d'accord avec l'idée de RaFaHell. Des ralentisseurs partout et tant pis pour eux s'ils râlent (les conducteurs)? Devant l'école R. Barquisseau de Saint-Pierre, malgré les feux ILS NE RESPECTENT PAS LA VITESSE ALORS QUE LE COIN GROUILLE D'ENFANTS.

Mon gamin depuis cette année est scolarisé au lycée A Vollard de Terre-Sainte. Combien de fois ses amis et lui ont failli se faire renverser tôt le matin par des individus venus frimer avec leur gros l'auto (mais en ayant oublié leur cerveau quelque part en route...) C'est inadmissible. PERSONNE NE RESPECTE PLUS RIEN. PERSONNE NE BRONCHE CONTRE CES CRIMINELS EN PUISSANCE !!! SVP nos enfants, malgré qu'ils soient extrêmement prudents, risquent leur vie CHAQUE JOUR SUE LE CHEMIN DE l'ECOLE,
- des ralentisseurs et vite !!!

La justice doit aussi se montrer moins clémente envers ceux qui conduisent après avoir bu, ceux qui ne respectent pas la vitesse (en ville c'est tous les jours) Nous en avons marre. PLUS PERSONNE NE RESPECTE PLUS RIEN SUR CETTE ILE !!!
RaFaHeLL, Posté
Bonjour, je pense qu'allouer un budget spécifique à la sécurité des piétons serait la bienvenue, c'est à dire avoir une enveloppe disponible lorsque l'on a besoin de mettre des ralentisseurs sur les zones accidentogènes, et ne PAS ATTENDRE QUE LE MAL ARRIVE POUR REAGIR, ce qui se fait dans la plupart des cas. Je ne dis pas mettre des ralentisseurs partout, mais aux alentours des établissements scolaires, pour moi c'est une nécessité vitale. J'ai une pensée pour toutes les familles des victimes, et j'espère vraiment que la justice sera intransigeante, car avec notre justice à deux vitesses, c'est encore un autre débat qui s'ouvre...