Syndicats, associations et politiques :

Unis contre la vie chère


Publié / Actualisé
Syndicalistes, représentants d'associations et membres de partis politiques ont décidé de s'unir ce mardi 10 février contre la vie chère à la Réunion. Tous ont affirmé lors d'une réunion organisée dans la matinée leur solidarité dans cette lutte. Ils détermineront ce jeudi 12 février une plateforme de revendications et des modalités d'actions.
Syndicalistes, représentants d'associations et membres de partis politiques ont décidé de s'unir ce mardi 10 février contre la vie chère à la Réunion. Tous ont affirmé lors d'une réunion organisée dans la matinée leur solidarité dans cette lutte. Ils détermineront ce jeudi 12 février une plateforme de revendications et des modalités d'actions.
C'est pour exprimer leur volonté de "s'unir sur la question de la vie chère " que les représentants de la CGTR, CFDT et FSU ainsi que les représentants d'Agir pour nout tout, de l'association AC chômage et de la Ligue des droits de l'homme se sont réunis ce mardi matin. Ils ont été rejoints par des partis politiques, parmi lesquels Lutte ouvrière, le PCR, le parti de Gauche et le NPA, nouveau parti anticapitaliste. Le PS et le syndicat Unsa, non représentés lors de cette réunion, ont également affirmé leur soutien.

"Les problématiques à la Réunion sont les mêmes qu'en Guadeloupe et en Martinique mais la situation n'est pas la même. L'idée est de créer un front, " a déclaré mardi Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR. Le syndicaliste faisait allusion dans ces déclarations à la grève générale contre la vie chère entamée en Guadeloupe depuis plus de vingt jours et suivi depuis peu en Martinique. " Il s'agit d'un front anti-gouvernemental", a complété Jean-Hugues Ratenon d'Agir pour nout tout.

Le collectif uni contre la vie chère doit se réunir ce jeudi 12 février à 18 heures dans les locaux de la CGTR pour définir une plateforme de revendications et déterminer les actions à mener. "Nous n'allons pas imiter ce qui se passe en Guadeloupe ou en Martinique", a déclaré mardi Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR, interrogé sur la mise en place ou non d'une grève générale identique à celle engagée en Guadeloupe et en Martinique. "Cette plateforme sera réalisée en concertation avec la population réunionnaise", a ajouté Jean-Hugues Ratenon d'Agir pour nout tout.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !