Haut débit - Accusation de détournement de fonds publics :

Plaintes contre Yann de Prince


Publié / Actualisé
La Réunion numérique (LRN) Loret Télécom et Médiaserv annoncent ce mardi 23 février 2010 qu'ils ont engagé une procédure judiciaire à l'encontre de Yann de Prince, PDG de Mobius, une société spécialisée dans l'accès à Internet. Les plaignants " entendent obtenir condamnation pour les propos diffamatoires tenus le 16 février par Yann de Prince. Ce dernier avait jugé " scandaleuses " les pratiques de La Réunion numérique délégataire du service public, dont l'actionnaire principal est Mediaserv. Il avait parlé d'un détournement " soupçonné de 12,9 millions d'euros de subventions régionales qui seraient remontées dans les caisses de la maison mère (de Médiaserv - ndlr), voire qui auraient fait l'objet de placements financiers dans des paradis fiscaux ". Dès le lendemain de ces accusations le conseil régional avait annoncé son intention de porter plainte contre Mobius pour diffamation.
La Réunion numérique (LRN) Loret Télécom et Médiaserv annoncent ce mardi 23 février 2010 qu'ils ont engagé une procédure judiciaire à l'encontre de Yann de Prince, PDG de Mobius, une société spécialisée dans l'accès à Internet. Les plaignants " entendent obtenir condamnation pour les propos diffamatoires tenus le 16 février par Yann de Prince. Ce dernier avait jugé " scandaleuses " les pratiques de La Réunion numérique délégataire du service public, dont l'actionnaire principal est Mediaserv. Il avait parlé d'un détournement " soupçonné de 12,9 millions d'euros de subventions régionales qui seraient remontées dans les caisses de la maison mère (de Médiaserv - ndlr), voire qui auraient fait l'objet de placements financiers dans des paradis fiscaux ". Dès le lendemain de ces accusations le conseil régional avait annoncé son intention de porter plainte contre Mobius pour diffamation.
Dans un communiqué rendu public ce mardi soir, les plaignants rappellent que LRN " attributaire par le Conseil Régional de La Réunion d'une délégation de service public d'une durée de 12 ans, assure la construction, l'exploitation et la commercialisation du réseau régional haut débit Gazelle avec un engagement de couverture à 100 % des foyers réunionnais en haut débit ". À ce titre La Réunion numérique finance les travaux de construction du réseau " sur ses fonds propres à hauteur de 6 millions d'euros, complétés par 12 millions d'euros de subventions européennes et régionales " explique le communiqué.

À ce jour, avec un investissement supérieur à 14 millions d'euros et après achèvement de plus de 80 % des travaux, LRN permet aux opérateurs présents à La Réunion " de proposer des services haut débit à plus de 200 000 foyers réunionnais ". Pour réaliser ces investissements, " LRN a perçu, au fur et à mesure de l'avancement des travaux, 9,8 millions d'euros de subventions totalement affectés à la réalisation des investissements " notent les plaignants. Ils ajoutent que pour 2010, la Réunion numérique prévoit la livraison à 100 % du réseau régional haut débit avec 4 millions d'euros d'investissements supplémentaires qui donneront lieu au paiement a posteriori des dernières tranches de subventions d'un montant d'environ
2 millions d'euros.

Notant que " l'ensemble des opérateurs réunionnais compte parmi (ses) clients, LRN estime que contrairement aux " affirmations diffamatoires " de Yann de Prince, " les subventions n'ont donc, en aucun cas, été apportées dans le Groupe Loret ou dans une holding imaginaire des îles Vierges. Les subventions perçues ont été intégralement affectées au développement du haut débit à La Réunion ".

L'audience devant le tribunal de grande instance de Saint-Denis devrait avoir lieu fin mars. À noter que LRN n'exclut pas de porter plainte contre d'autres personnes.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !