Saint-Denis :

La Ville lance son Espace Océan


Publié / Actualisé
La municipalité de Saint-Denis a présenté ce mardi 9 mars en conférence de presse son nouvel "Espace Océan". Occupant une superficie de 150 000 m2, il devrait voir le jour sur le site de l'ex-Pôle Océan dont le permis de construire a été annulé par décision de justice en octobre 2008. "C'est un pré-projet, assure la mairie, il n'est pas figé, on a consulté et on consultera encore les commerçants et la population".
La municipalité de Saint-Denis a présenté ce mardi 9 mars en conférence de presse son nouvel "Espace Océan". Occupant une superficie de 150 000 m2, il devrait voir le jour sur le site de l'ex-Pôle Océan dont le permis de construire a été annulé par décision de justice en octobre 2008. "C'est un pré-projet, assure la mairie, il n'est pas figé, on a consulté et on consultera encore les commerçants et la population".
En réponse aux critiques dont a fait l'objet l'ancien projet Pôle Océan, la municipalité note "on a fait en sorte de ne pas reproduire les erreurs du passé". Le projet actuel est annoncé comme "différent, plus équilibrée et plus ambitieux".

Trois hectares de foncier viennent d'être rétrocédés à la Ville pour ce nouveau projet Espace Océan, annonce Monique Orphée, première adjointe, ce lundi matin, avec quatre hectares supplémentaires en prévision d'un Océan 2 et 3. "Pour nous, il ne s'agit pas seulement d'un projet, on construit le Saint-Denis de 2030" dit-elle.

Le permis de construire du projet de Pôle Océan, défendu par René Paul Victoria, l'ancien maire de Saint-Denis, avait été annulé par le tribunal administratif en 2008. Le site avait alors été laissé à l'abandon par l'actuelle municipalité et transformé en terrain vague. Ce lundi, la municipalité a été formelle. Taxé de "gouffre financier", le Pôle Océan était "voué à l'échec, en raison de son montage financier et d'une perspective de 50 millions d'euros de déficit à endosser par la mairie. Il aurait plombé les finances de la Ville" affirme la mairie. Ainsi elle a revu à la baisse sa participation financière dans ce nouvel Espace Océan qui a demandé deux ans de réflexion. Elle "limitera" ses dépenses à 15 millions d'euros sur les 300 millions d'euros estimé pour la construction du site. La différence sera financée par des investisseurs privés. Le montant total du projet représentera le double du Pôle Océan.

La municipalité affirme avoir élaboré un projet qui se "démarque fortement de son prédécesseur" : lien avec le Tram-train; mise en valeur de la façade littorale; développement d'activités économiques (18 800 m2 de bureaux, sièges d'entreprises...) et d'équipements publics (crèche, école, équipements sportifs, accueils administratifs) ; 800 logements prévus, soit trois fois plus qu'au sein du précédant projet ; création d'espaces verts et de façades animées. Bref un projet "moderne et durable", estime la municipalité. L'ambition est de "bâtir un morceau de ville dans le prolongement du carré historique existant, un espace ouvert sur le centre-ville et sur la mer. Une passerelle traversera le boulevard Lancastel pour rejoindre le sentier littoral".

Tandis que le Pôle Océan devait s'étendre sur 75 000 m2, l'Espace Océan comptera 150 000 m2 de surface, dont 10 000 à 12 000 m2 de commerces, "nous avons pris en compte les critiques des commerçants du secteur, on mise sur les commerces complémentaires avec le c?ur de la ville, pour ne pas risquer une évasion de la clientèle" dit la mairie.

Sur le dossier des transports, la municipalité fait le choix des déplacements "doux" : transports en commun, tels que Tram-train et réseaux de bus. "800 places de parking seront réservées aux non-résidents, c'est certes moins que dans l'ancien projet, mais il ne s'agit pas de réaliser un espace où les automobilistes s'engouffrent et où la circulation devient impossible".

Concernant les choix architecturaux, la mairie mise sur la densité, l'optimisation d'espace et la verticalité. La haute qualité environnementale a également été privilégiée. Les bâtiments devraient notamment être équipés de climatisation fonctionnant avec les énergies SWAC (Sea Water Air Conditioning). Ce processus permettrait de remplacer le cycle de compression utilisé dans la climatisation (consommation électrique importante, forte déperdition en énergie) par l'utilisation d'une eau à moins de 5°C pompée à près de 1 000 mètres de profondeur dans l'océan.

Un appel à projet vient d'être lancé. En août prochain, les offres seront analysées pour une négociation avec les investisseurs, les commerçants et la population en octobre. La désignation du groupement investisseur /concepteur sera connue en décembre 2010 pour un démarrage des travaux pour la mi-2012.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !