Collectif contre les abus bancaires :

"Il faut boycotter les banques les plus chères"


Publié / Actualisé
Lors d'une conférence de presse organisée ce mercredi 10 novembre 2010, le collectif contre les abus bancaires a appelé à "boycotter les banques les plus chères". Cet appel fait suite à la publication par l'Institut d'émission des Dom de son dernier rapport de l'Observatoire des tarifs bancaires. Selon ce document, les frais bancaires du Crédit Agricole sont les plus élevés de l'île. Ce qui est "inacceptable" pour Dominique Mardaye, secrétaire du collectif.
Lors d'une conférence de presse organisée ce mercredi 10 novembre 2010, le collectif contre les abus bancaires a appelé à "boycotter les banques les plus chères". Cet appel fait suite à la publication par l'Institut d'émission des Dom de son dernier rapport de l'Observatoire des tarifs bancaires. Selon ce document, les frais bancaires du Crédit Agricole sont les plus élevés de l'île. Ce qui est "inacceptable" pour Dominique Mardaye, secrétaire du collectif.
En avril, lors de la publication du précédent rapport, c'est la BFCOI qui était la banque la plus chère de l'île. "En 6 mois, la société a réduit le montant total de ses frais bancaires de près de 129 euros et s'aligne désormais avec ceux de la Banque de La Réunion", note Dominique Mardaye. "C'est un effort important que nous saluons. Mais parallèlement, d'autres banques comme la Bred et le Crédit Agricole n'ont fait aucun effort. C'est ce que nous dénonçons", poursuit-il.

Pour le secrétaire du collectif contre les abus bancaires, "le Crédit Agricole se repose sur ses 30% de part marché. Elle se moque de gagner ou de perdre un client". "Il faut boycotter cette banque pour qu'elle réagisse et décide enfin de baisser ses tarifs", explique t-il.

Par ailleurs, le collectif contre les abus bancaires souhaite que le rapport fait par l'Iedom propose également un comparatif avec les banques métropolitaines. En effet, pour l'heure, le document recense les tarifs bancaires des départements d'outre-mer. Mais Dominique Mardaye est bien conscient que les différences de tarifs entre les banques réunionnaises et les banques de Métropole sont "encore plus importantes", comme l'atteste le rapport sur les tarifs bancaires rendu par deux députés français à Christine Lagarde, ministre de l'économie, en juillet dernier.

Pourtant, "rien ne justifie une telle différence", affirme le représentant du collectif. L'association devrait se pencher sur la question aux côtés du député-maire de Saint-Joseph, Patrick Lebreton, qui prévoit de déposer au Parlement une proposition de loi pour limiter la tarification des frais bancaires.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !