Economie :

Les entreprises réunionnaises font face à la crise


Publié / Actualisé
Selon une étude publiée par l'INSEE (institut national de la statistique et des études économiques), la pérennité des entreprises de l'île s'est maintenue malgré la crise. Prenant en compte les entreprises créées en 2006, l'enquête montre que six sociétés sur dix étaient toujours actives en 2009, soit trois ans après leur création.
Selon une étude publiée par l'INSEE (institut national de la statistique et des études économiques), la pérennité des entreprises de l'île s'est maintenue malgré la crise. Prenant en compte les entreprises créées en 2006, l'enquête montre que six sociétés sur dix étaient toujours actives en 2009, soit trois ans après leur création.
D'une façon plus générale, "quelles que soient les caractéristiques de l'entreprise ou du créateur, la catégorie juridique et le montant de l'investissement initial sont des critères déterminants", indique l'INSEE. 80 % des sociétés sont toujours en activité après trois ans d'existence contre seulement 52 % des entreprises individuelles. Et plus l'investissement de départ est élevé, plus les capacités de survie à trois ans augmentent.

Les principales motivations évoquées par les créateurs d'entreprise réunionnais en 2006 sont l'indépendance et le goût d'entreprendre. Le désir de créer son propre emploi et d'augmenter ses revenus sont également des arguments déterminants.

L'étude met en évidence que les aides financières ont été plus nombreuses. En 2006, plus de la moitié des créateurs réunionnais ont bénéficié d'aides ou d'exonérations publiques, contre un tiers en 2002. Les secteurs de l'industrie, des services aux entreprises et des services aux particuliers ont particulièrement profité de ces aides. L'INSEE note qu'à La Réunion, les exonérations sociales ou d'impôts sont plus fréquentes que sur l'ensemble de La France, du fait de l'existence de dispositifs spécifiques à l'outre-mer. Par contre, l'aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprises a été moins sollicitée à La Réunion.

Enfin, l'INSEE signale que les entreprises du secteur industriel sont les plus pérennes et que les entreprises du BTP sont davantage touchées par le ralentissement économique.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !