Hausse du prix des carburants :

Mobilisation autour du Conseil régional


Publié / Actualisé
Tandis que la tenue d'une table ronde lundi prochain se confirme, une motion déposée par l'opposition est actuellement débattue à l'occasion de l'assemblée plénière du conseil régional concernant la hausse du prix du carburant. Par ailleurs, depuis 8h30 ce vendredi 3 février 2012, Jean-Hugues Ratenon, président de l'ARCP (alliance réunionnaise contre la pauvreté), Gilles Leperlier, président de l'AJFER (alliance des jeunes pour la formation et l'emploi à La Réunion), et une dizaine de personnes manifestent devant les grilles du conseil régional à Saint-Denis. Dans la soirée de jeudi, un pacte a été conclu entre les transporteurs, l'association Roul Pas Nou, Momon Papa Lé et l'ARCP pour s'associer dans la lutte contre l'essence chère. Ils demandent, entre autres, une baisse du prix du carburant de 25 centimes. Une délégation de l'ARCP a été reçue aux alentours de 10h15."Le conseil régional s'est engagé à mettre tout sur la table et à participer au débat", a annoncé Jean-Hugues Ratenon, à l'issue de la réunion.
Tandis que la tenue d'une table ronde lundi prochain se confirme, une motion déposée par l'opposition est actuellement débattue à l'occasion de l'assemblée plénière du conseil régional concernant la hausse du prix du carburant. Par ailleurs, depuis 8h30 ce vendredi 3 février 2012, Jean-Hugues Ratenon, président de l'ARCP (alliance réunionnaise contre la pauvreté), Gilles Leperlier, président de l'AJFER (alliance des jeunes pour la formation et l'emploi à La Réunion), et une dizaine de personnes manifestent devant les grilles du conseil régional à Saint-Denis. Dans la soirée de jeudi, un pacte a été conclu entre les transporteurs, l'association Roul Pas Nou, Momon Papa Lé et l'ARCP pour s'associer dans la lutte contre l'essence chère. Ils demandent, entre autres, une baisse du prix du carburant de 25 centimes. Une délégation de l'ARCP a été reçue aux alentours de 10h15."Le conseil régional s'est engagé à mettre tout sur la table et à participer au débat", a annoncé Jean-Hugues Ratenon, à l'issue de la réunion.
La hausse des prix des carburants ne passe pas. Ce vendredi matin, Jean-Hugues Ratenon, président de l'ARCP, ainsi qu'une dizaine de personnes étaient mobilisés devant la pyramide inversée pour faire entendre leurs revendications. Jean-Hugues Ratenon souhaitait notamment que le conseil régional examine en urgence une motion qu'il avait rédigé et déposé mercredi. Il demande, entre autres, une baisse de 25 centimes sur les carburants et bonbonne de gaz au prix de 15 euros. "Aujourd'hui, le peuple n'est pas dans la rue mais le mécontentement est bien présent", lâche-t-il.

Également présent à ses côtés, Gilles Leperlier, président de l'AJFER. Selon lui, "la situation est de plus en grave et la tension s'accentue". Il affirme que si "les élus ne prennent pas leurs responsabilités sur la question des carburants, toutes les conditions sont réunies pour une explosion sociale". Gilles Leperlier dénonce un "lobbying important sur les produits pétroliers" et prône, à long terme, une alternative à l'automobile, à savoir, un réseau de transport ferré, à l'image du projet Tram-Train. "Aujourd'hui, nous sommes dans le dialogue. À un moment donné, nous allons arrêter de discuter", déclare le président de l'AJFER.

Interrogé sur une réunion qui s'est tenue jeudi soir entre quelques organisations syndicales des transporteurs et les représentants de trois associations de consommateurs, à savoir, l'ARCP, Momon papa lé la et Roul pa nou, Jean-Hugues Ratenon indique qu'il y aura "une action combinée" mais "tout dépendra des pouvoirs publics". "Si on accepte nos propositions, je ne vois pas pourquoi aller plus loin", commente-t-il. Il n'en dira pas plus, car lance-t-il, "la balle est dans le camp des décideurs de La Réunion".

Par ailleurs, si la tenue d'une table ronde entre les transporteurs et les pouvoirs publics, se confirme ce lundi, Jean-Hugues Ratenon explique, pour sa part, en substance, "qu'il n'y aura pas de table ronde si tous les partenaires dans ce dossier, usagers de la route, associations de consommateurs et professionnels de la route, ne sont pas présents". La menace d'une mobilisation plane toujours.

Vers 10 heures 15, une délégation de l'ARCP a finalement été reçue à la pyramide inversée par Serge Camatchy, vice-président de la collectivité, tandis que la motion a été débattue en urgence. À l'issue de l'entrevue, Jean-Hugues Ratenon a déclaré que "le conseil régional est dans une démarche constructive" et que la collectivité a annoncé "réunir toutes les données techniques pour la table ronde de lundi".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !