Multimédias :

Le Quotidien annonce qu'IZI est à vendre


Publié / Actualisé
Izi, l'opérateur, fournisseur d'accès à internet, basé à la Possession serait à vendre. L'annonce est faite dans le Quotidien de ce vendredi 30 août 2013. Le journal affirme que le groupe réunionnais Mobius, propriétaire d'Izi, "a confié un mandat à la banque d'affaire Rothschild pour trouver des repreneurs". Dans le même temps, note le Quotidien, "plusieurs groupes réunionnais ont été sondés pour savoir s'ils seraient intéressés". Interrogé par le journal, Yann de Prince, PDG de Mobius et président fraîchement réélu du Medef, nie "catégoriquement" une quelconque velléité de vente et jure que l'information a pour but de "déstabiliser l'entreprise et ses salariés"
Izi, l'opérateur, fournisseur d'accès à internet, basé à la Possession serait à vendre. L'annonce est faite dans le Quotidien de ce vendredi 30 août 2013. Le journal affirme que le groupe réunionnais Mobius, propriétaire d'Izi, "a confié un mandat à la banque d'affaire Rothschild pour trouver des repreneurs". Dans le même temps, note le Quotidien, "plusieurs groupes réunionnais ont été sondés pour savoir s'ils seraient intéressés". Interrogé par le journal, Yann de Prince, PDG de Mobius et président fraîchement réélu du Medef, nie "catégoriquement" une quelconque velléité de vente et jure que l'information a pour but de "déstabiliser l'entreprise et ses salariés"

Un démenti que ne retient pas le Quotidien pour qui "ce rebondissement intervient après les récentes déconvenues du groupe sur le marché du mobile". En effet, il y a un an, Mobius avait annoncé son intention d'entrer en concurrence avec SFR, Orange et Only en construisant son propre réseau d'antennes de téléphonie mobile, rappelle le journal du Chaudron.

Yann de Prince avait indiqué être prêt à investir 70 millions d'euros et n'avait pas hésité à promettre une forte baisse des tarifs de la téléphonie mobile. Il allait même jusqu'à promettre la division par "au moins deux" des prix, se souvient le journal.  Un dossier de mise en place d'un réseau avait été déposé en février par Mobius devant l'ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Dans l'attente de la réponse de la haute autorité, le groupe avait migré de la ZAE 2000 du Port vers des locaux plus vastes dans la rue Mahatma Gandhi à la Possession. L'aménagement d'un autre bâtiment était aussi lancé, histoire de pouvoir accueillir la centaine de salariés supplémentaires nécessaire pour le fonctionnement du nouveau réseau Izi.

Ce que Mobius n'avait pas prévu est que l'ARCEP lance, fin mai,  une consultation ouverte à tous ceux qui voudraient être candidat à la mise en place d'un nouveau réseau. Ce qui "perturbait le calendrier d'Izi" souligne le Quotidien. Car pensant a priori être le seul candidat, Mobius avait projeté de lancer ses nouvelles formules de téléphonie mobile "au premier trimestre 2014". Une échéance difficilement compatible avec le calendrier fixée par la consultation de l'ARCEP. 

La colère de Yann de Prince -  qui a écrit au président de la république pour accuser le ministre des outre-mers, Victorin Lurel "de bloquer son projet sous la pression des groupes antillais" écrit le Quotidien -, n'a pas ému outre mesure l'ARCEP. La consultation suit son cours. Cela alors que trois opérateurs ont lancé leur marque low cost. "SRF avec Red, Orange à travers Antenne Réunion mobile et outremer Télécom puis propose depuis peu des forfaits à 2 euros par mois sous la marque Rife" énumère le journal du Chaudron.

L'ensemble compliquerait la mise sur le marché du GSM de la marque Izi – spécialisée jusqu'à présent dans la fourniture d'accès à internet. D'où, selon le Quotidien, "le mandat confié un mandat à la banque d'affaire Rothschild pour trouver des repreneurs". En 2012, Izi pesait 12% des parts de marché dans le secteur de la fourniture d'accès à Internet. Actuellment 80% du capital est detenu par 3 actionnaires, dont Yann de Prince. les 20% restant appartiennent au fonds stratégique d'investissement, indique le journal du Chaudron.

   

5 Commentaire(s)

LASSÉ, Posté
DÉPLORABLE... (supprimé pour injures - webmaster ipreunion.com)
Marie-Annick Fougeroux, Posté
C'est vrai ça, Manuella, tout le monde sait que c'est Yann de Prince qui a rédigé la partie économique du pseudo programme de Didier robert pour les régionales. Il a tellement bien travaillé qu'à la suite de ses conseils La Réunion est dans la mouise économique et que lui est sur le point de vendre sa boîte. Pathétique
Arriviste, depuis son mobile, Posté
Il faut un debut a tout, monsieur de prince
Manuella, Posté
Celui qui ne cesse de se présenter en victime et à présenter tout le monde comme des voleurs et a mentir sans vergogne...récolte ce qu'il a semé. Bon débarras. C'est didier robert qui va etre content de retrouver son conseiller technique!!!
Cuicui, Posté
l'oiseau à brulé les zéles