Insee - Entreprises créées en 2010 :

Les nouvelles entreprises réunionnaises plus pérennes


Publié / Actualisé
"Trois ans après leur création, 64 % des entreprises (hors auto-entrepreneurs) créées en 2010 à La Réunion sont encore en activité", ont annoncé l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), le conseil régional, la chambre de commerce et d'industrie ainsi que la chambre des métiers et de l'artisanat, ce mardi 19 mai 2015. Dans un communiqué de presse commun, les quatre institutions ont salué l'amélioration de la pérennité des entreprises réunionnaises sur trois ans, par rapport à 2006. Globalement, les "sociétés sont plus pérennes que les entreprises individuelles (...) plus fragiles". Elles sont "à peine plus de la moitié" à être en activité trois ans après leur création contre huit sociétés sur dix.
"Trois ans après leur création, 64 % des entreprises (hors auto-entrepreneurs) créées en 2010 à La Réunion sont encore en activité", ont annoncé l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), le conseil régional, la chambre de commerce et d'industrie ainsi que la chambre des métiers et de l'artisanat, ce mardi 19 mai 2015. Dans un communiqué de presse commun, les quatre institutions ont salué l'amélioration de la pérennité des entreprises réunionnaises sur trois ans, par rapport à 2006. Globalement, les "sociétés sont plus pérennes que les entreprises individuelles (...) plus fragiles". Elles sont "à peine plus de la moitié" à être en activité trois ans après leur création contre huit sociétés sur dix.

La note envoyée par l’Insee explique que "les sociétés réunionnaises sont d’ailleurs particulièrement performantes, avec une pérennité supérieure de 6 points à la moyenne nationale". Les entreprises créées dans les secteurs des services sont les plus robustes, sept entreprises sur dix sont toujours en activité, particulièrement les entreprises d’activités spécialisées, scientifiques et techniques, avec un taux de pérennité bien supérieur à la moyenne (74 %).

Le secteur de la construction a résisté en 2013 avec 67 % d’entreprises pérennes à trois ans contre 62 % dans la génération 2006, impactées par la réduction de la commande publique. Le secteur du commerce rencontre des difficultés, car seul 56 % des entreprises sont présentes trois ans après.

"Avoir déjà une expérience entrepreneuriale est un atout majeur", explique l’Insee qui affirme que "la situation professionnelle qui précède la création est aussi un facteur déterminant pour la survie des entreprises". 76% des entreprises toujours en activité, le sont par qu’elles étaient dirigées par d’anciens dirigeants d’autre entreprise. A contrario, "les anciens chômeurs ont plus de difficultés, avec seulement six entreprises sur dix qui franchissent le cap des trois ans." Les entreprises parviennent à exister, quand l’investissement initial est élevé. 73 % des entreprises créées avec au moins 40 000 euros sont toujours en activité trois ans après contre 56 % de celles créées avec moins de 2 000 euros.  

La moitié des entreprises ont bénéficié d’au moins un dispositif d’aide financière à la création, qui s’adresse plus particulièrement aux créateurs les plus fragiles. Malgré ces aides, ces entreprises ont un taux de pérennité légèrement inférieur à la moyenne. Mais il est probable que sans ces aides, les cessations d’activité auraient été encore plus nombreuses, souligne l’Insee.

Les entreprises réunionnaises ont plus de difficultés qu’au niveau national, 64% des entreprises réunionnaises ont passé le cap de leur 3ème anniversaire, contre 71% sur le plan national. L’Insee explique que la création d’entreprises à La Réunion cumule en effet des handicaps structurels, tels que "des créateurs chômeurs plus nombreux, plus d’entreprises individuelles, des moyens financiers plus faibles au départ ainsi qu’une proportion de créations dans le commerce plus élevée".

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !