La diminution s'applique le 1er janvier 2019 :

Prix des carburants : c'est la baisse


Publié / Actualisé
Les usagers paieront moins cher le sans plomb, le gazole et la bouteille de gaz dès ce mardi 1er janvier 2019. La préfecture annonce en effet que le litre de sans plomb passera à 1,33 euro (- 10cts), le gazole sera facturé 1,06 euro le litre (- 15 cts) et la bouteille de gaz sera vendue 16,25 euros (-1,17 euro). Une baisse significative pour les carburants. Derrière cette diminution, le récit d'une histoire économique, politique, sociale et sociétale.
Les usagers paieront moins cher le sans plomb, le gazole et la bouteille de gaz dès ce mardi 1er janvier 2019. La préfecture annonce en effet que le litre de sans plomb passera à 1,33 euro (- 10cts), le gazole sera facturé 1,06 euro le litre (- 15 cts) et la bouteille de gaz sera vendue 16,25 euros (-1,17 euro). Une baisse significative pour les carburants. Derrière cette diminution, le récit d'une histoire économique, politique, sociale et sociétale.

La mesure était inscrite dans le budget 2019, une hausse des taxes du carburants pour financer des mesure pro-environnementales et enclencher la transition écologique. C’est cette énième hausse annoncée par le gouvernement qui a mis le feu aux poudres et donnée naissance au mouvement des Gilets jaunes.

À La Réunion, c’est en local que sont régulés les prix. Il revient au préfet de fixer le prix maximal des carburants. La Région, elle, gère la fiscalité des carburants. Sur l’île, le mouvement des Gilets jaunes trouve très vite un écho, pour les taxes carburants et bien d’autres sujets.

Didier Robert, vu l’ampleur de la mobilisation finit par faire marche arrière au bout de quatre jours et annonce le gel pour trois ans de la taxe sur les carburants  mais cela ne suffit pas à calmer la grogne.

Lire aussi : Assemblée Plénière du conseil régional - la baisse de la taxe sur les carburants adoptée

Le mouvement des Gilets jaunes paralyse l’économie de l’île, Annick Girardin, la ministre des Outre-mer est appelée à la rescousse. Après avoir calmé l’incendie en faisant plusieurs annonces sur les volets économique, social, consommation, santé… À son retour à Paris, Annick Girardin annonce qu’elle a demandé au préfet une baisse du prix des carburants, une baisse qui aurait eu lieu dans tous les cas étant donné que le prix maximal du carburant est fixé sur le prix du baril de pétrole. C’était donc une vraie fausse annonce de la part de la ministre.

Lire aussi : Annick Girardin et la baisse des carburants : la vraie fausse annonce

Début décembre, l'Élysée, après avoir longtemps gardé le Cap a fini par reculer sur la mesure en renonçant "pour l'année 2019" aux augmentations de taxes sur les carburants. 

Lire aussi : Gilets jaunes : Emmanuel Macron annule les hausses de taxe sur les carburants pour 2019

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Clomil, Posté
Pour lutter contre la pollution, il fallait baisser davantage le prix de l'essence plutot que celui du gasoil.