Institut d'émission des départements d'outre-mer :

Bilan économique en demi-teinte pour l'année 2018


Publié / Actualisé
L'Institut d'émission des départements d'outre-mer (Iedom) de La Réunion publie son rapport annuel 2018. L'année 2018 fait ressortir un bilan de l'activité économique en demi-teinte, tant sur le plan de l'emploi que du pouvoir d'achat ou de l'agriculture (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
L'Institut d'émission des départements d'outre-mer (Iedom) de La Réunion publie son rapport annuel 2018. L'année 2018 fait ressortir un bilan de l'activité économique en demi-teinte, tant sur le plan de l'emploi que du pouvoir d'achat ou de l'agriculture (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Plusieurs aspect ont impacté l'économie de l'île de La Réunion l'année dernière. La situation de l’emploi s'est dégradée avec la baisse massive des contrats aidés. Le pouvoir d’achat des ménages a été freiné par un rebond de l’inflation, et le mouvement des gilets jaunes enfin d’année a entraîné une quasi-paralysie de l’activité pendant quinze jours.

Les mauvaises conditions climatiques, en raison des successions de cyclones en 2018 a durement impacté le secteur agricole. Nous l'avons vu avec une   campagne sucrière très mauvaise cette année-là. Résultat : l’économie réunionnaise est plus que jamais fragiisée.

En 2018, la croissance ralentit donc fortement après 4 années plutôt dynamiques.

Les chefs d’entreprises interrogés, eux, restent toutefois assez confiants. D'autres secteurs confirment leur bonne santé, comme le tourisme qui a réalisé une très bonne année, ou encore les ventes automobiles qui atteignent des records. Le secteur du BTP reste en difficulté mais soutenu selon l'Iedom.

L’économie réunionnaise revêt donc un fort potentiel avec des filières stratégiques à développer, notamment dans l’économie verte. L’activité du secteur bancaire, elle, reste soutenue. En 2018,  les encours sains de crédits à l’économie progressent de 4,9% et dépassent les 22 milliards d’euros. L’activité est tirée à la hausse par les crédits aux ménages (+6,3%) et plus particulièrement les crédits à la consommation  (+8,1%).

L’économie  réunionnaise est largement bancarisée même si la densité des équipements bancaires est inférieure à la moyenne nationale, selon l'Ieadom. La forte utilisation de l’argent liquide rest un élément à noter. L'émission nette de monnaie fiduciaire par habitant est 2,7 fois plus élevée à La  Réunion qu’au niveau national. Mais le nombre de paiements par carte bancaire chez les commerçants progresse rapidement (+15%). 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !