Didier Fauchard rempile pour trois ans :

La drôle d'élection du président du Medef Réunion


Publié / Actualisé
Didier Fauchard a été confirmé ce jeudi 27 juin 2019 à la présidence du MEDEF, à l'issue de l'Assemblée générale du syndicat patronal. Une Assemblée générale (AG) qui s'est déroulée sans accroc, et même sans vote pour la présidence du syndicat, ce qui fait grincer des dents en interne (Photo www.ipreunion.com)
Didier Fauchard a été confirmé ce jeudi 27 juin 2019 à la présidence du MEDEF, à l'issue de l'Assemblée générale du syndicat patronal. Une Assemblée générale (AG) qui s'est déroulée sans accroc, et même sans vote pour la présidence du syndicat, ce qui fait grincer des dents en interne (Photo www.ipreunion.com)

Le menu du jour est rappelé dans le mail de convocation adressé le mercredi  26 juin par la déléguée générale du Medef Réunion aux 539 électeurs de l’institution.

Outre les formalités habituelles de procuration et de rappel du nombre de voix par fédération ou syndicat, on y apprend que les votes électroniques débuteront à 15h pour se terminer à 17h. Les adhérents auront notamment à élire les quatre administrateurs du MEDEF Réunion, parmi les cinq candidats en lice.

En ce qui concerne l’élection à la présidence, la déléguée générale confirme la seule candidature de Didier Fauchard à ce poste. Cette information ayant été publiée plusieurs jours auparavant, pour l’instant il n'y a rien de surprenant. La suite l’est davantage : "s’agissant du seul candidat à la Présidence du Medef, nous vous informons donc qu’il n’y aura pas de vote électronique à effectuer sur ce poste" peut-on lire.

Pourtant, les statuts du syndicat sont très clairs à ce sujet. L’article 6 stipule ainsi que "l’Assemblée générale ordinaire élit à bulletin secret le Président de l’Association pour 3 ans. Il est rééligible". Une disposition très classique que l'on retrouve dans les statuts d'une majorité d'associations, de syndicats, de partis politiques etc.

Le comité organisateur de l'AG du Medef n’a pas jugée utile de respecter cette disposition.

Il n'y a donc eu aucun vote, ni électronique, ni à main levée, ni par acclamations. Didier Fauchard a simplement été reconduit.

Interrogé par Imaz Press le président du Medef confirme et explique: "il y a eu un appel à candidature (pour le poste de président – ndlr) dès le 28 avril. Le 12 juin nous avons constaté que j'étais le seul candidat". Il ajoute : "j’ai consulté les statuts. Il y est effectivement écrit que le président devait être élu à bulletin secret. J’ai alors consulté mes vice-présidents qui m’ont dit " tu es le seul candidat. Même si tu as une seule voix, la tienne, tu seras quand même élu. Donc il n’est pas nécessaire de procéder au vote". C'est ce que nous avons fait".

"C’est une pratique habituelle au Medef en cas de second mandat. Ce fut déjà le cas pour la réélection de François Caillé et de Yann de Prince ensuite", indique-t-on par ailleurs au Medef.

Certains adhérents ne semblent néanmoins pas apprécier à ces méthodes. Ceux là  parlent d'une volonté délibérée "afin de cacher un éventuel vote de contestation contre le président sortant". Ils soulignent à ce propos l’affluence mitigée à cette Assemblée générale (236 votants sur  539 électeurs).

"Etre élu avec 100 ou 120 voix sur un quota de 236 présents, à peine la moitié des adhérents, lui aurait vraiment fait perdre en crédibilité", commente un administrateur. "Il y a de plus en plus d'adhérents qui ne se reconnaissent plus dans le Medef. Alors soit Didier Fauchard et ses amis se sont dit : il y a un seul candidat allons faire au plus vite et ne votons pas. Soit effectivement ils n'ont pas voulu compter les voix", analyse un autre membre du syndicat.

"Si un seul adhérent avait contesté avant la séance ou même en séance le fait qu'il n'y avait pas de vote , on en aurait parlé. Je suis extrêmement surpris, heurté et même attristé que cela se fasse a posteriori" lâche Didier Fauchard. "Je ne comprends pas la démarche" dit-il encore en soupçonnant "une volonté de déstabiliser" le syndicat patronal. "En fait, je voulais simplifier les choses, mais en France, quand on veut simplifier les choses, ce n’est jamais bon", soupire le président du Medef reconduit de fait.

A noter que, outre la confirmation de Didier Fauchard à la tête de l’association, 4 administrateurs ont été nommés: Arzou Mahamadaly, Romain Lefèbvre, Radj Koytcha et Claire Vassias.

Eux ont été élus, par vote électronique.

www.ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

PATOUMA , Posté
Pou être drôle c'etait Drôle ??" un peu comme l'assemb Générale récent de l'ecole Militaire du tampon.
Sissi974, Posté
Ben ouais ! pipé, pipo trouver l'erreur !
Drein à lui , Posté
Tout est tricherie
Ronald , Posté
Qui dit Fauchard dit ancien de l'EMPR ( École Militaire du tampon)! Vous comprenez donc !!!!!!!!!!