Economie :

Parfums et maquillage : l'enseigne Mado racheté par Beauty success


Publié / Actualisé
Changement dans le monde local des parfums et du maquillage. en effet, la SAS Mado change d'actionnaire et entre dans le groupe de Christophe Vielle, patron de Beauty success, jusqu'à présent concurrent direct des boutiques Mado. Nous publions ci-dessous le communiqué des deux enseignes
Changement dans le monde local des parfums et du maquillage. en effet, la SAS Mado change d'actionnaire et entre dans le groupe de Christophe Vielle, patron de Beauty success, jusqu'à présent concurrent direct des boutiques Mado. Nous publions ci-dessous le communiqué des deux enseignes

"Mickaël Ingar a choisi de préserver la marque Madora et de sécuriser les équipes de professionnels reconnus en privilégiant un acquéreur local. Christophe Vielle devient l’actionnaire unique de Mado. Cette reprise va permettre d’assainir le positionnement des magasins actuels et de maintenir une offre commerciale de qualité en centre-ville et dans les galeries marchantes de l’île de La Réunion.

Concrètement, rien ne va changer : le process commercial est conservé, la philosophie de l’enseigne demeure intacte. " On va continuer à miser sur le professionnalisme des équipes, sur la formation permanente des vendeuses et sur le référencement exclusif des parfums et cosmétiques de luxe vendus dans les boutiques Mado ", explique Christophe Vielle le nouvel actionnaire unique du groupe Mado.

Cette continuité était importante pour Mickaël Ingar et la famille Ingar dans le choix de l’acquéreur du groupe.

Plusieurs entités étaient intéressées par le rachat de la SAS Mado, créée en 1989 par Amod Ingar, dont l’anagramme est Mado. La première boutique familiale était une mercerie située dans la rue du Grand Chemin (ancien nom de la rue du Maréchal Leclerc) à Saint-Denis.

Très vite, l’enseigne Mado s’est positionnée comme une référence de qualité avec de nombreuses marques en exclusivité : " Mado a permis une certaine démocratisation de la cosmétique et de la parfumerie de luxe à La Réunion avec des marques internationales qui participaient à la formation permanence de nos équipes ", précise Mickaël Ingar " Nous voulions conserver cette identité. Je reconnais le professionnalisme de Christophe Vielle et je lui fais confiance pour conforter la marque Mado ".

S’il est vrai que ce dénouement peut surprendre, il n’en est pas moins vrai que les deux groupes ont des fonctionnements similaires et que cette acquisition est rassurante pour le personnel de Mado. Après avoir rencontré leur nouvel actionnaire unique, les responsables de boutiques sont pleinement tranquillisés (...)

Effectivement, pour les deux hommes d’affaires la complémentarité des marques est devenue une évidence dernièrement. " il nous fallait garantir une offre de services de qualité dans les centres-villes et dans les galeries marchandes réunionnaises, mais aussi permettre en se renforcant d’offrir les nouvelles marques de make up international  ", confie Mickaël Ingar, soulagé de pouvoir mettre les procédures judiciaires en cours derrière lui et de pouvoir se consacrer avec sérénité à sa vie familiale mais aussi à sa propre activité professionnelle dans l’immobilier sur l’île voisine. Il avait repris la barre du groupe en 2017".
 

   

1 Commentaire(s)

Lolita lempicka, Posté
A force rallér pousser alla résultat -