Une situation vouée à changer avec la crise sanitaire :

Un bilan économique et monétaire positif à La Réunion en 2019


Publié / Actualisé
L'Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) publie une synthèse de la situation économique et monétaire de La Réunion en 2019. Dans le climat actuel de grandes incertitudes, à l'heure où toute la vie économique est touchée par la crise du coronavirus, le bilan 2019 servira de référence afin d'apprécier la situation et la conjoncture avant la crise. Nous publions leur étude ci-dessous.
L'Institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) publie une synthèse de la situation économique et monétaire de La Réunion en 2019. Dans le climat actuel de grandes incertitudes, à l'heure où toute la vie économique est touchée par la crise du coronavirus, le bilan 2019 servira de référence afin d'apprécier la situation et la conjoncture avant la crise. Nous publions leur étude ci-dessous.

Le bilan de l’année 2019 est positif. Les mouvements des Gilets jaunes de fin 2018 avaient profondément pesé sur l’économie réunionnaise et laissé planer des incertitudes. Finalement, la conjoncture s’est montrée résiliente et favorable en 2019. Sur le front de l’emploi, la situation s’est améliorée avec 10600 créations nettes d’emplois salariés.

Avec une inflation en baisse, le pouvoir d’achat des ménages s’est accru. Cela s’est traduit par une hausse de la consommation, comme en témoignent les importations à destination des ménages en nette hausse (+10,3% pour les importations de biens d’équipement ménagers, +5,4% pour les importations de produits courants). Les ventes de véhicules de tourisme ont également battu un nouveau record, avec près de 28000 véhicules neufs vendus.

Côté entreprises, le climat des affaires s’est nettement redressé en début d’année 2019 pour se stabiliser ensuite. L’indicateur du climat des affaires établi au travers de l’enquête d’opinion menée par l’IEDOM est à 100,1points en moyenne en 2019, en hausse de trois points par rapport à 2018.Témoignant d’une certaine confiance retrouvée, les intentions d’investir ont repris.

Cette dynamique s’est diffusée aux différents secteurs. Le secteur agricole notamment, a connu une meilleure année, en particulier la filière élevage (hausse de respectivement 10,6 % et 12,4 % des abattages de volailles et porcins). Le commerce et les services ont tiré profit de la bonne tenue de la consommation et l’activité est repartie.

La mise en service de la première turbine à combustion de pointe fonctionnant au bioéthanol de canne à sucre a marqué l’activité des producteurs d’énergie, de même que l’installation de plusieurs centrales photovoltaïques. Le bilan du secteur touristique est un peu plus mitigé, avec une progression du trafic aérien à un rythme moins soutenu que les années précédentes, et une stabilisation de la fréquentation hôtelière. Le secteur du BTP a par ailleurs montré des signes de fragilité, dans un contexte de chantier de la Nouvelle route du littoral retardé et de baisse des constructions de logements sociaux (-12,9%).

Concernant l’activité bancaire, le maintien de taux d’intérêt toujours très bas a continué de favoriser le financement bancaire de l’économie. Ainsi les encours de crédits ont progressé à un rythme dynamique, portés particulièrement par les crédits aux ménages (+9,7% pour les crédits à la consommation et +6,6% pour les crédits immobiliers).

La croissance des actifs financiers détenus par les Réunionnais a connu une accélération par rapport à 2018.Cette embellie est aujourd'hui menacée par le confinement et la paralysie de l'activité économique consécutive à la crise sanitaire Covid-19.

Les chefs d’entreprise font face à un nouveau combat pour la sauvegarde de leur activité et des emplois. L’accompagnement bancaire et public notamment via les mesures d’urgence mises en place, sera déterminant pour un retour à la normale de l’économie.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com
 

   

2 Commentaire(s)

John, Posté
L'État Français prennent vraiment les Réunionnais pour des cons lol
Nous foutent que dans des crédits, pour encore mieux nous taxer ensuite lol
La vérité si je mens !, Posté
L' IEDOM parle à l'ancien monde , et marche à l'ombre . .
Celles et ceux qui se lèvent tÃ't le matin pour aller travailler et ramener une soupe tiède le soir à la famille rappellent aux banques "que ce sont les Français qui les ont sauvées en 2008"