Crise économique :

Impact du Covid-19 : une baisse d'activité sans précédent de 28% à La Réunion


Publié / Actualisé
On le sait, la crise économique engendrée par le confinement s'annonce sans précédent. La perte d'activité immédiate liée à la crise sanitaire du Covid-19 à La Réunion est évaluée à 28% selon l'Insee. Elle est légèrement inférieure à celle constatée au niveau national qui est de 33%, du fait du poids plus important du secteur public dans l'économie réunionnaise, qui amortit cette baisse. Commerces et BTP en pause, électricité dans les foyers en hausse... la vie économique est au ralenti et le confinement se ressent dans les chiffres. Nous publions ici le communiqué de l'Insee. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
On le sait, la crise économique engendrée par le confinement s'annonce sans précédent. La perte d'activité immédiate liée à la crise sanitaire du Covid-19 à La Réunion est évaluée à 28% selon l'Insee. Elle est légèrement inférieure à celle constatée au niveau national qui est de 33%, du fait du poids plus important du secteur public dans l'économie réunionnaise, qui amortit cette baisse. Commerces et BTP en pause, électricité dans les foyers en hausse... la vie économique est au ralenti et le confinement se ressent dans les chiffres. Nous publions ici le communiqué de l'Insee. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

L'Insee détaille cette perte historique d'activité. Dans le commerce, la contraction de l’activité est évaluée à 60 %, contribuant pour 6 points sur les 28% de perte d’activité totale. Les entreprises de la construction, quasi à l’arrêt, contribuent à 5 points de la baisse totale. La contraction importante de la consommation d’électricité (jusqu’à -20 % en journée par rapport à la normale) illustre ce ralentissement sans précédent de la vie économique.

Les dispositifs d’aide sont largement mobilisés, notamment le chômage partiel qui concerne plus de 100 000 salariés à fin avril, soit 56 % de l’emploi salarié privé, mais aussi les prêts bancaires garantis par l’État (376 millions d’euros préaccordés au 24 avril). Les craintes sur les conséquences sociales de la crise restent néanmoins fortes : à La Réunion quatre salariés sur dix et un non-salarié sur deux exercent dans un secteur dont l’activité est réduite de plus de 50 %.

Point positif sur l’environnement, la chute du trafic routier se traduit en une baisse des émissions de gaz allant jusqu’à -70 %.

   

1 Commentaire(s)

Body, depuis son mobile, Posté
je ne fais pas confiance à L'ARS ni au Prefets ce sont tous des mensonges à notre.peuple