De 1,5 à 2% pour l'automobile et l'habitation :

Assurances : préparez-vous, la note devrait augmenter en 2021


Publié / Actualisé
Il faudra débourser un peu plus d'argent pour assurer son automobile et son habitation en 2021. Les contrats d'assurance devraient augmenter de l'ordre de 1,5 à 2%, d'après une étude du cabinet spécialisé Facts and Figures. La hausse pourrait même être supérieure si les assureurs décidaient de compenser certains surcoûts liés à la pandémie (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Il faudra débourser un peu plus d'argent pour assurer son automobile et son habitation en 2021. Les contrats d'assurance devraient augmenter de l'ordre de 1,5 à 2%, d'après une étude du cabinet spécialisé Facts and Figures. La hausse pourrait même être supérieure si les assureurs décidaient de compenser certains surcoûts liés à la pandémie (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C’est une mauvaise nouvelle pour les particuliers. Selon une étude du cabinet Facts and Figures, les contrats d’assurance automobile et habitation devraient augmenter de 1,5 à 2 % en moyenne en 2021. Dans son baromètre, le cabinet prévient par ailleurs que la hausse pourrait être supérieure si les assureurs décidaient de compenser des surcoûts liés à la crise sanitaire.

Si tous les assureurs n’ont pas encore dévoilé leurs intentions en matière de tarifs pour l’année prochaine, les premières indications confirment que la tendance sera bel et bien à la hausse.

Par exemple, la Maif a déjà indiqué que ses tarifs habitation augmenteraient de 2%, après une hausse de 3% en 2019. En revanche, “pour l’assurance auto, nous avons fait le choix de ne pas augmenter les tarifs alors même que la tendance prévoyait une augmentation aux alentours de 2% également”, se félicite Marie-Laure Robin, de la société d’assurance mutuelle.

“Pendant cette année exceptionnelle, la Maif a pris une mesure tout aussi exceptionnelle dès le début de la crise en proposant de reverser à ses sociétaires l’équivalent de la baisse estimée des coûts des sinistres pour un montant de 100 millions d’euros”, ajoute-t-elle. “Par cette décision, le Groupe a affirmé deux intentions majeures : faire preuve de solidarité envers ses sociétaires et ne pas tirer profit de la situation. La décision de ne pas augmenter nos tarifs auto participe de cette démarche.”

- Un contexte particulier pour l'automobile -

Le contexte concernant l’assurance automobile est en effet particulier. Pendant le confinement, la sinistralité automobile a logiquement chuté de 80%, tandis que les règles et restrictions sanitaires ont pu provoquer une augmentation des coûts et des temps de réparation dans les garages.

À la Prudence Créole, les évolutions tarifaires pour l’année prochaine seront arrêtées à la fin du mois d’octobre. “Pour l’instant, on est en période d’analyse des résultats et du marché”, affirme le directeur commercial Stéphane Marcelli. “On étudie les critères de rentabilité. On fait les statistiques sur les sinistres réglés cette année, les provisions et les tendances. Tout le monde sait que les résultats de l’assurance auto se sont améliorés du fait du confinement. Est que la tendance est une tendance baissière ?”, interroge-t-il.

Pour la Prudence Créole et toutes les compagnies d’assurance, l’enjeu de l’analyse est également de déterminer s’il y a une reprise de la sinistralité sur les routes liée aux restrictions de voyage, et donc aux plus nombreux déplacements en voiture. “Ensuite, on tient compte de critères plus subjectifs, qui sont des critères sociétaux”, confie Stéphane Marcelli.

À l’inverse, certains acteurs pourraient contenir leurs augmentations tarifaires ou décider d’un gel de leurs tarifs grâce aux économies de charges sinistres réalisées durant le confinement. Au mois de mais dernier, la Maif, GMF et la Matmut avaient par exemple annoncé des mesures commerciales pour leurs souscripteurs d’assurance automobile.

Lire aussi : Une réduction des primes d'assurance automobile, c'est possible

Aussi, pour Facts and Figures, il convient à “chaque opérateur d’expliquer clairement ce qu’il a fait du profit technique exceptionnel enregistré sur ses assurances en automobile, les mesures déjà prises vis-à-vis de ses assurés et les décisions éventuelles de mutualisation de ce profit avec les pertes enregistrées sur d’autres branches (comme les pertes d’exploitation)”.

aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Missouk, Posté
Effectivement, la MAIF a remboursé à ses sociétaires une somme correspondant à la baisse du coût de certains sinistres lié au long confinement. Pas sûr que beaucoup d'assureurs ait fait de même... Cela dit,une hausse du coût des assurances supérieure au coûut de la vie, il faudra quand même qu'on nous en explique la raison!