Une centaine de recruteurs présents :

Salon de l'emploi : le soulagement "qu'on nous laisse une chance"


Publié / Actualisé
De nombreux jeunes Réunionnais en recherche d'emploi se sont rendus au salon de l'emploi, ce jeudi 29 octobre 2020 au Parc des expositions à Saint-Denis. "Soulagés que La Réunion ne soit pas concernée par un reconfinement pour le moment", mais "inquiets" des annonces prévues par le Premier ministre, Jean Castex, à 21h30 sur "l'adaptation" du cas réunionnais, ils profitent de ce temps de répit donné à l'île pour tenter de trouver un travail. 25% de la population réunionnaise est actuellement sans emploi (Photo rb/ www.ipreunion.com)
De nombreux jeunes Réunionnais en recherche d'emploi se sont rendus au salon de l'emploi, ce jeudi 29 octobre 2020 au Parc des expositions à Saint-Denis. "Soulagés que La Réunion ne soit pas concernée par un reconfinement pour le moment", mais "inquiets" des annonces prévues par le Premier ministre, Jean Castex, à 21h30 sur "l'adaptation" du cas réunionnais, ils profitent de ce temps de répit donné à l'île pour tenter de trouver un travail. 25% de la population réunionnaise est actuellement sans emploi (Photo rb/ www.ipreunion.com)

Il l'aurait vécu comme "une trahison", raconte Erwouan, 19 ans. En quête d'un stage dans la communication au salon de l'emploi au Parc des expositions, où plus de 100 recruteurs sont venus  rencontrer de potentiels collègues pour ces journées du 29 et 30 octobre, le jeune homme raconte avoir poussé un cri de joie lorsqu'il a appris que l'île échappait au reconfinement pour le moment. "Déjà qu'après le bac ce n'était pas simple", se souvient-t-il un peu amer. Jusqu'au bout, il avait cru que La Réunion serait reconfinée comme le reste de la Métropole, et que s'envoleraient ses perspectives professionnelles pour les semaines à venir.

- "Continuer à vivre -

Il n'est pas le seul à être soulagé "qu'on lui laisse une chance" pour prouver ses qualités auprès des recruteurs. "On va pouvoir continuer à vivre et anticiper la recherche d'emploi", confirme Mélusine, 22 ans, en quête d'un poste dans le secteur du tertiaire.

La jeune fille est contente que le Salon de l'Emploi puisse avoir lieu sans encombre en cette période de crise sanitaire. Elle ne se voyait pas "lancer des bouteilles à la mer sans grand espoir" en cas d'annulation. Et dans l'hypothèse d'une réponse positive, "affronter le recruteur lors d'un entretien stressant entre quatre murs". Un stress qu'elle peut laisser de côté au Salon entre les stands et la compagnie d'une amie venue lui donner du courage. "C'est ma wing-man" (ma "copilote"), glisse-t-elle complice.

L'année dernière, plus de 10.000 candidats avaient répondu présents aux 1.000 offres d'emploi. Plus de 300 contrats avaient été signés. Un événement bien accueilli alors qu'on compte 25% de la population active sans emploi et souhaitant travailler, d'après les derniers chiffres délivrés par l'Insee. Avec la crise sanitaire, c'est le secteur du tourisme qui était particulièrement touché avec une baisse de 84% sur le deuxième trimestre.

Le Salon de l'emploi a été organisé en partenariat par le Pôle emploi, le Journal de l'Île, la Chambre de commerce et d'industrie de La Réunion (CCIR) et le Groupe Bernard Hayot (GBH).

vp / redac@ipreunion.com / www.ipereunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !