Selon une étude de l'Institut d'émission des Dom :

Économie numérique : "un outil de désenclavement et d'essor"


Publié / Actualisé
L'institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) a présenté sa dernière étude portant sur l'économie numérique à La Réunion lors d'une conférence de presse, ce mardi 10 novembre 2020. Constat : une filière jeune en pleine évolution doublée d'un contexte favorable à son développement où sont favorisés les secteurs de la programmation et du conseil (Photo d'illustration rb/ www.ipreunion.com)
L'institut d'émission des départements d'outre-mer (IEDOM) a présenté sa dernière étude portant sur l'économie numérique à La Réunion lors d'une conférence de presse, ce mardi 10 novembre 2020. Constat : une filière jeune en pleine évolution doublée d'un contexte favorable à son développement où sont favorisés les secteurs de la programmation et du conseil (Photo d'illustration rb/ www.ipreunion.com)

Après l'économie verte et l'économie bleue, l'IEDOM s’intéresse dans une nouvelle étude à l’économie numérique à La Réunion. Défini comme l'ensemble des activités économiques liées au numérique, ce secteur est perçu comme un "outil de  désenclavement et d’essor" pour l'IEDOM qui y comptabilise 4000 personnes dans le secteur privé et  plus de 1500 entreprises, "en grande majorité des très petites structures sans salarié".

Lire aussi - L'économie verte à La Réunion peut mieux faire

- Une filière en retard sur la Métropole -

Un dynamisme qui repose essentiellement sur Digital Réunion, association des professionnels du Numérique à La Réunion (entreprises, startups, groupements, syndicats, institutions, organismes de formation..). Un regroupement dont l'objectif se défini dans la participation "à la création de conditions économiques, législatives et concurrentielles indispensables au bon développement de la filière", peut-on lire sur son site.

Parmi les secteurs les mieux lôtis dans l'économie du numérique, celui de la programmation et du conseil enregistrent les meilleurs scores en termes d'emploi avec un "doublement des effectifs en dix ans". Parallèlement, le secteur des télécommunications stagne alors qu'il est le premier employeur de la filière.

Un constat à nuancer. La filière du numérique est jeune et ne développe pas aussi rapidement qu'en Métropole :  "en dix ans, les effectifs de la filière ont augmenté de 10% à La Réunion contre 20% en métropole", regrette l'IEDOM.

- Une filière jeune qu'il reste encore à développer –

L'IEDOM reste cependant optimiste dans un climat plutôt favorable à la filière, et appelé à le rester. Un diagnostic effectué avec les nouvelles générations des métiers du numérique. L'IEDOM en veut pour preuve l'ouverture d'écoles spécialisées dans les métiers du numérique à La Réunion.  Leur venue sera d'autant plus facilitée qu'elle le sera dans un milieu de plus en plus numérisé alors qu'actuellement les " secteurs traditionnels entament leur transformation digitale".

Enfin, cette numérisation des acteurs économiques se trouvera facilité du fait du développement massif du réseau 4G et de la fibre optique sur l'île. A ceci s'ajoute un soutien public, d'aides gouvernementales et régionales, des fonds européens et aides ponctuelles qui tendent à maintenir son développement.

Un contexte favorable en dépit de la crise sanitaire qui secoue le pays. Les difficultés et retards de La Réunion dans le numérique doivent appeler à des lendemains meilleurs. "Les marges de progression sont importantes", remarque à ce titre l'IEDOM.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !