Politique :

Comment le PCR en est arrivé là


Publié / Actualisé
Si la droite locale est à la dérive, que dire du parti communiste réunionnais ? Autrefois plus grande puissance politique de l'île, la formation de Paul Vergès est en plein naufrage et a de fortes chances de couler, même si Ary Yee-Chong-Tchi-Kan, membre historique du parti, assure que "le PCR n'est pas mort". Aucun représentant à l'Assemblée nationale, aucun candidat qualifié pour le second tour des législatives, brouilles à répétition, mauvais choix stratégiques, le parti communiste réunionnais n'a plus rien de sa splendeur d'antan, et s'éteint à petit feu, faisant presque oublier les grands combats gagnés en faveur de La Réunion par Paul Vergès et ses camarades dans les années passées.
Si la droite locale est à la dérive, que dire du parti communiste réunionnais ? Autrefois plus grande puissance politique de l'île, la formation de Paul Vergès est en plein naufrage et a de fortes chances de couler, même si Ary Yee-Chong-Tchi-Kan, membre historique du parti, assure que "le PCR n'est pas mort". Aucun représentant à l'Assemblée nationale, aucun candidat qualifié pour le second tour des législatives, brouilles à répétition, mauvais choix stratégiques, le parti communiste réunionnais n'a plus rien de sa splendeur d'antan, et s'éteint à petit feu, faisant presque oublier les grands combats gagnés en faveur de La Réunion par Paul Vergès et ses camarades dans les années passées.
"Lénine, réveille-toi ! Ils sont devenus fous". C'est ce que doivent se dire les électeurs communistes au lendemain du premier tour des élections législatives, tant le PCR fait pâle figure suite à ses mauvais choix stratégiques. Conséquence de ces choix : aucun candidat du parti n'est parvenu à se qualifier pour le second tour des législatives, et le PCR ne sera pas représenté à l'Assemblée nationale pour la première fois depuis 1986. Créée en 1959, comment la formation politique de Paul Vergès a pu en arriver là ? Une chose est sûre, celui qui a pourtant été un si grand visionnaire - La Réunion lui doit une grande partie de son développement -, aura raté un grand tournant : celui de savoir passer le flambeau avant que le PCR ne s'effondre.

Nombreux sont les militants communistes aujourd'hui qui reprochent à Paul Vergès de ne pas avoir su laisser les rênes du parti à d'autres. En tant que fondateur et dirigeant du PCR, il est souvent désigné comme responsable de la déconvenue aux législatives et de l'effondrement du parti. Beaucoup n'ont pas compris la guerre déclarée à Huguette Bello, et en ont profité pour faire passer un message fort à la direction du parti. Ils sont ainsi plus de 62% au Port et 68% à la Possession à avoir choisi de voter pour Huguette Bello, dans ces deux fiefs du PCR. Avec un tel nombre d'électeurs en sa faveur, ce sont non seulement des communistes, mais aussi l'électorat socialiste et une partie de l'électorat de droite, qui se sont mobilisés pour soutenir Huguette Bello, et par la même occasion pousser le PCR dans ses derniers retranchements.

En s'entêtant dans une stratégie critiquée, en restant sourds aux demandes d'explications des militants et des électeurs réunionnais plus largement, en refusant l'investiture à Huguette Bello, la direction du parti communiste réunionnais a foncé droit dans le mur et a précipité sa chute.

Et au final, pourquoi cette bataille avec Huguette Bello ? Pourquoi avoir voulu la retirer de la deuxième circonscription, où elle possède un électorat acquis à sa cause ? Pourquoi le faire maintenant, alors que selon les critiques formulées par la direction du Parti, elle aurait commencé à entrer en dissidence en 2004 ? Pourquoi avoir risqué la perte du siège du PCR à l'Assemblée nationale ? Pourquoi si, selon la direction du parti, Huguette Bello a démérité, vouloir l'investir dans la 7e circonscription ? Et pourquoi entraîner Jean-Yves Langenier, un homme loyal très respecté dans sa commune pour ses qualités de maire, dans un tel combat ? Autant de questions que se posent toujours les militants communistes à l'heure actuelle.

Car au final, le PCR fait une très mauvaise affaire. Au plus bas de son histoire - y compris pendant la sombre période de la fraude électorale massive -, il , ne parvient plus à rassembler, et se fait dépasser par le parti socialiste, en passe d'obtenir cinq sièges de députés, et de devenir la première force de gauche à La Réunion. Le pire des cauchemars pour la direction du Parti

Et pourtant, des signes d'alerte avaient laissé présager cet effondrement. Depuis quelque temps déjà, le PCR est en effet à la dérive. Une politique vieillissante qui n'attire plus, des alliances incomprises, notamment avec André Thien Ah Koon lors des régionales 2010 - où le parti a d'ailleurs essayé sa première grande défaite -, des exclusions qui s'enchaînent (Yolande Pausé, Daniel Alamélou, Huguette Bello), des militants qui désertent, et maintenant des règlements de compte sur la place publique.

Un tel enchaînement en arriverait presque à oublier les années de gloire, les combats gagnés pour l'égalité des droits, pour la défense de l'identité, pour le développement de La Réunion. Le PCR, s'il n'est pas mort, doit vraiment trouver un nouveau souffle pour pouvoir rebondir, pour pouvoir mettre en place sa refondation. Reste à savoir si le Parti veut vraiment changer. Elie Hoarau, secrétaire général du parti, annonçait ce mardi 12 juin dans un communiqué "que personne n'échappera à ses responsabilités et à son autocritique" après la défaite des législatives. A commencer par les dirigeants du PCR...

   

3 Commentaire(s)

25 mars 62, Posté
zen moun entierement d'accord faut dire a ce monsieur de revoir l'histoire de la reunion
Zèn moun, Posté
Oté gramoun, si comme votre pseudo l'indique vous ête vraiment in gramoun, vous devriez savoir que c'est grâce à l'action de Paul Vergès et du PCR qu'ont été reconnus les droits des Réunionnais à percevoir les prestations familiales, sociales et le SMIC.

Vous devriez savoir que c'est grâce à Paul Vergès et au PCR que notre culture, notre langue, notre identité réunionnaises ont été reconnues et sont aujourd'hui respectées. Vous devriez savoir que c'est grâce à Paul Vergès et au PCR que laa démcoratie, notamment en matière d'élections est maintenant respectée.

Vous devriez savoir que c'est grâce à Paul Vergès et au PCR que de grands chantiers en faveur du développement de La Réunion ont été lancés et réussis (je pense notamment aux logements, à la route des tamarins etc).


Dire que Paul Vergès a adopté une mauvaise stratégie politique au cours des ces dernières années est une chose, dire que ni lui ni son parti n'ont rien fait pour La Réunion relève d'une méconnaissance totale de l'Histoire de La Réunion et purement et simplement du négationnisme ...
Gramoun, Posté
Vous pouvez nous rappeler quels sont ces "grands combats au profit de la Réunion gagnés par le PCR" ?