Législatives - 2ème tour :

Le PCR veut "entamer la refondation du Parti"


Publié / Actualisé
Le parti communiste réunionnais a publié le communiqué suivant : "le 17 juin s'est clos la série des grandes consultations qui vont imprimer toute la politique des 5 ans à venir. Après le basculement du Sénat et l'élection du Président de la République, le Parti socialiste dispose d'une majorité absolue à l'Assemblée Nationale. S'ouvre une période décisive pour l'évolution de la situation en France et dans les régions d'outre mer, notamment à La Réunion. On n'a jamais vu en effet une situation institutionnelle d'une telle homogénéité.
Le parti communiste réunionnais a publié le communiqué suivant : "le 17 juin s'est clos la série des grandes consultations qui vont imprimer toute la politique des 5 ans à venir. Après le basculement du Sénat et l'élection du Président de la République, le Parti socialiste dispose d'une majorité absolue à l'Assemblée Nationale. S'ouvre une période décisive pour l'évolution de la situation en France et dans les régions d'outre mer, notamment à La Réunion. On n'a jamais vu en effet une situation institutionnelle d'une telle homogénéité.
Il ajoute "c'est dans ce cadre qu'il faut analyser les résultats de ce second tour des élections législatives.

Ce qui marque ce second tour à La Réunion, en premier lieu, c'est que la forte abstention soulignée au 1er tour n'a guère été modifiée, au delà de telle ou telle variation locale. C'est un élément essentiel. Après la participation massive des Réunionnaises et des Réunionnais à l'élection présidentielle, la moitié des électrices et des électeurs de La Réunion ne se sont pas prononcés à l'occasion de ces élections législatives, ni au 1er tour ni au 2d tour. C'est inquiétant. Il faut approfondir les raisons de cette rupture entre la moitié de l'électorat et la représentation législative.

En second lieu, la dynamique créée lors de l'élection présidentielle a eu sa répercussion au premier tour des élections législatives et elle a été amplifiée lors du second tour.

Autre caractéristique à souligner, dans ce climat d'inquiétude et d'abstention, on n'a jamais vu une telle confusion dans les regroupements des organisations politiques derrière les candidats. Ainsi, lors du premier tour dans la 2ème circonscription, on a vu dans les urnes la coalition de voix de gauche avec un vote massif de la droite en faveur de la candidate élue.

Au second tour, on a vu dans la 1ère circonscription le rassemblement de toute la droite derrière la candidate du MODEM ; de même, dans la 7ème circonscription, le candidat du MODEM a bénéficié de déclarations de soutien émanant de certains partis ou personnalités de gauche. Autre exemple, dans la 3ème circonscription, le candidat soutenu par le MODEM a lui bénéficié du soutien de l'UMP sur le plan national mais pas celui de la droite à La Réunion. Et pour couronner le tout, et dépassant les man?uvres de l'UMP en France, il y a eu à La Réunion, contrairement à la France, des appels de candidats du Front national à voter en faveur de certains candidats de Droite qui ont tous accepté ces soutiens.

A la lumière de tous ces éléments, le PCR prend acte qu'il a aussi été victime de ces coalitions, de la confusion ou des manoeuvres de tel ou tel Parti ou de tel ou tel candidat contre lui, amplifiant ainsi ses propres déficits dans la conduite de la consultation, déficits qui devront être examinés dans le cadre d'une rencontre de ses organisations de base pour en tirer les conséquences.

Maintenant que les jeux sont faits, nous devons constater que jamais on a eu la conjonction de l'évolution de la situation en France et à La Réunion : majorité absolue pour le PS à l'Assemblée nationale, 5 députés sur 7 pour le PS à La Réunion.
Jamais dans la situation extrêmement grave de La Réunion, le Président de la République, le gouvernement et le Parlement se trouvent devant une telle responsabilité. Nous ne rappellerons jamais assez les éléments de notre situation : 150 000 chômeurs dont 60% des jeunes de moins de 26 ans,, 120 000 illettrés, 22 000 ménages en attente d'un logement, la moitié de la population en dessous du seuil national de pauvreté...

Il ne s'agit pas de dire que tous ces problèmes peuvent être résolus dans l'immédiat et même le court terme. Mais il faut impérativement répondre à l'attente de tous les Réunionnais : les engagements pris pendant la campagne devront être tenus.
3 exemples : dans 48 heures, le 20 juin, doivent être répartis entre les Académies les 12000 postes de l'éducation nationale pour la prochaine rentrée scolaire : quelle sera la part attribuée à La Réunion ? dans moins de 2 semaines, une décision doit être prise sur le prix des carburants , avec la fin, le 30 juin, de la contribution du conseil régional , c'est à dire des contribuables réunionnais . Enfin quelle sera la part qui reviendra à La Réunion dans la répartition des emplois d'avenir inscrits dans le programme du Président de la République ?

Au delà de ces premières mesures, dans les 5 ans à venir, quelles seront celles qui seront prises pour faire face aux graves problèmes du chômage, des prix élevés, du logement, des jeunes etc ?
Toute promesse faite publiquement pendant la campagne et qui sera tenue, sera la traduction d'un engagement pris ; toute promesse non n tenue apparaitra comme un mensonge trahissant la confiance des électeurs.

Désormais, chaque semaine, chaque mois, doit être vérifié par un acte concret du changement.

Telle est la responsabilité des élus de l'Assemblée nationale, du gouvernement et du Président de la République.

Pour sa part, le PCR réunira très prochainement ses organisations de base pour examiner dans la plus parfaite franchise toutes les faiblesses et insuffisances dans l'application de sa ligne politique, de ses déficits dans sa communication, et dans l'exercice de la démocratie de base, autant de conditions essentielles à la cohésion du Parti.

La parole doit être donnée à tous les membres du Parti, de la base au sommet, pour l'analyse collective de la situation, pour la critique comme pour l'autocritique. Ceci est primordial pour entamer la refondation nécessaire du Parti.

Tout est possible pour un rôle essentiel du Parti dans les 5 ans à venir"
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !