+ 108% depuis 2015 :

La Nouvelle route du littoral plombe la dette de la Région


Publié / Actualisé
La dette de la Région Réunion a explosé entre 2015 et 2018. C'est ce que souligne la Cour des Comptes dans un récent rapport consacré aux finances publiques locales. La dette de la collectivité régionale a augmenté de 108% sur la période, passant de 588 millions d'euros en 2015 à plus de 1,2 milliard d'euros en 2018. Une augmentation essentiellement due aux dépenses relatives au chantier de la Nouvelle route du littoral comme le souligne la CRC. Ces travaux affectent la capacité de désendettement de la collectivité qui est de 9,7 années. Cela signifie qu'en tenant compte de ses capacités financières et à supposer qu'elle mobilise toute son épargne, la collectivité régionale mettra 9,7 années à solder sa dette. Un délai qui devrait encore s'allonger en 2019 selon les projections de la Région elle-même. Cette situation interroge quant aux marges de manoeuvre de Didier Robert, président de Région, à pouvoir mener à bien ses projets d'investissement à venir, notamment la poursuite du chantier de la NRL et la construction du Run Rail (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La dette de la Région Réunion a explosé entre 2015 et 2018. C'est ce que souligne la Cour des Comptes dans un récent rapport consacré aux finances publiques locales. La dette de la collectivité régionale a augmenté de 108% sur la période, passant de 588 millions d'euros en 2015 à plus de 1,2 milliard d'euros en 2018. Une augmentation essentiellement due aux dépenses relatives au chantier de la Nouvelle route du littoral comme le souligne la CRC. Ces travaux affectent la capacité de désendettement de la collectivité qui est de 9,7 années. Cela signifie qu'en tenant compte de ses capacités financières et à supposer qu'elle mobilise toute son épargne, la collectivité régionale mettra 9,7 années à solder sa dette. Un délai qui devrait encore s'allonger en 2019 selon les projections de la Région elle-même. Cette situation interroge quant aux marges de manoeuvre de Didier Robert, président de Région, à pouvoir mener à bien ses projets d'investissement à venir, notamment la poursuite du chantier de la NRL et la construction du Run Rail (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

La Cour des Comptes étrille la fusion des Régions

Les magistrats financiers consacrent une grande partie de leur rapport à la fusion des régions métropolitaines initiée sous la présidence de François Hollande et mise en œuvre dès janvier 2016. Cette démarche était censée être gage d’économies. Pour la Cour des Comptes, ces économies ne sont pas au rendez-vous trois ans après les fusions. Hausse de la masse salariale compte tenu de l’harmonisation par le haut des régimes indemnitaires, augmentation des frais de déplacements, hausse des indemnités des élus, maintien des sièges dans certaines villes, autant de mesures qui ont contribué à peser sur les finances des collectivités. La Cour des Comptes perçoit tout de même quelques pistes d’économie d’échelle, notamment en ce qui concerne l’approvisionnement.

La Région Réunion, mauvaise élève

Les magistrats financiers expliquent les résultats mitigés de cette fusion en évoquant tour à tour les dépenses de fonctionnement, l’épargne ou encore l’encours de la dette des collectivités régionale de Métropole et d’Outre-mer.

On apprend ainsi que la Région Réunion figure parmi les plus mauvaise élèves concernant la gestion de son endettement. Alors que la moyenne nationale se stabilisait en 2018 à une capacité d’endettement de 4,9 ans, la collectivité dirigée par Didier Robert enregistre une capacité de désendettement de 9,7 ans, loin devant les autres mauvais élèves que sont les Hauts-de-France (6,4 ans), la Provence-Alpes- Côtes d’Azur (6,4 années) ou encore les Pays de la Loire (5,9 années).

La Cour des Compte ne manque pas de souligner que "la situation atypique de cette dernière s’explique par le financement, à hauteur de 669 millions d’euros, de la nouvelle route du Littoral, opération dont le coût total est estimé à 1,8 milliard d’euros".

Le problème, c’est que ce taux risque d’empirer à la fin de l’année 2019 puisque selon les projections de la Région Réunion elle-même qui apparaissent dans son document de présentation budgétaire, la collectivité prévoit une capacité de désendettement de 11,4 années, un taux largement au dessus du ratio d’alerte de la loi de programmation des finances publiques fixé à 9 ans pour les Régions.

Ce seuil engage d’ailleurs la Région Réunion et son président qui a signé un contrat de confiance de maîtrise des dépenses publiques avec le Premier ministre Edouard Philippe en juin 2018. Ce contrat de confiance prévoit notamment des "reprises financières sur la dotation globale de fonctionnement" en cas de non respect des règles d’or fixées.

Une capacité d’investissements amoindrie

Il reste que la capacité d’investissement de la Région Réunion est fortement amoindrie. En effet, malgré une communication institutionnelle tournée vers le maintien d’un "haut niveau" d’investissement, les magistrats de la Cour des Comptes notent que les investissements de la pyramide inversée ont diminuée de 6,3% entre 2015 et 2018, passant de plus de 630 millions d’euros à 591 millions d’euros en 2018, et même 570 millions d’euros en 2019.

Parallèlement, La Réunion fait partie de la "minorité de situations" où l’épargne nette a fondu entre 2017 et 2018, passant 99,62 millions d’euros à 81,43 millions d’euros. Malgré tout une note positive, cette diminution du niveau d’épargne n’a fait que ramener la collectivité régionale à la moyenne nationale.

Mais l’addition de tous ces indicateurs (hausse de l’endettement, diminution des investissements et de l’épargne) ont de quoi interroger, voire même inquiéter, alors que le chantier de la Nouvelle Route du Littoral connaît actuellement des difficultés d’approvisionnement et que la Région Réunion a assuré le 18 octobre dernier que la digue sera construite "avec des ressources locales", ce qui devrait très certainement entraîner un surcoût pour la collectivité.

Lire aussi : Fin de la table ronde, la digue sera construite avec des roches locales

De même pour les autres projets structurants de l’île tels que la construction du Run Rail censé relié Sainte-Marie à l’entrée Ouest de Saint-Denis dont le coût est évalué à 300 millions d’euros.

Alors que la Région Réunion recherche encore 60 millions d’euros pour boucler son budget primitif 2020, les voyants peinent à rester au vert pour Didier Robert et sa majorité. 

www.ipreunion.com

   

13 Commentaire(s)

Babouk loswoir, Posté
Le domaine public est inaliénable et imprescriptible... De surcroît, ici tout particulièrement, le choix du tracé place de facto l'entière responsabilité de ces ouvrages dans la besace de l'État français. Par ailleurs, la nécessité et l'obligation de reconstruire une nouvelle liaison pour rejoindre les villes de la Possession et de Saint-Denis incombait seulement à lui et non à une petite collectivité territoriale locale régionale...
L'actuelle route était arrivée en fin de vie mécanique des structures. Ce n'était pas tant le risque chute de pierres qui sous-tendait cet investissement colossal. L'alcool et la vitesse font plus de morts sur nos routes réunionnaise ! On l'a encore malheureusement éprouvé ces tout derniers jours...
La solidarité nationale devait avant tout jouer pleinement ici.Les 532 millions d'euros ne font pas le compte juste !
La région (Avant 2010) n'aurait jamais dÃ" accepter ce transfert : en vérité, l'État est passé en force... La région après mars 2010 a encore plus déconné: en passant un marché irréalisable : la digue de 2 700 m...
Il y a eu manquements, accumulation d'erreur et de mauvaises appréciations depuis le début de la mandature 2010-2014, prolongée jusqu'en décembre 2015. Le chef d'exécutif voulait montrer à l'opinion, l'électorat reunionnais, qu'il était capable de faire sortir au moins une base de pile hors d'eau... Il a confondu vitesse et précipitation.
Remarquer que cela aura merveilleusement fonctionné : il aura été bien réélu, certes dans un ballotage défavorable (40/60)...
À présent, on est dans une impasse grave : le gouvernement doit tout reprendre en main & chacun doit assumer ses responsabilités y compris chaque électeur ou abstentionniste.
Quant aux camionneurs, il faut qu'ils arrêtent de jouer aux cons : La Réunion est une petite île : les coulées de boue et les glissements de terrain peuvent tuer des familles durant leur sommeil en période de pluies et cyclonique.
Volcan974, Posté
Ce n est pas du bla bla bla la cour des comptes n est pas la cour du Didier Robert l endettement par personne est passé de 670 euros à 1300 euros pour quelques uns c est un fiasco effectivement dépenser l argent qui ne vous appartient pas est très facile voire le Tampon
Blablablablabla, Posté
Toujours la même rengaine, on exploite les données d'un rapport, on mélange du faux et du vrai pour descendre Didier Robert...
On a besoin d'une route, il la construit, ben oui ça coÃ"te plus d'argent que s'il n'avait rien fait ! Mais il n'y a rien d'inquiétant dans ce rapport en réalité. Cet article, c'est de la com anti-DR comme d'hab ! Et puis il faut se relire, plein de fautes dans l'article. Respect de la langue et des lecteurs, c'est un minimum svp !
Volcan974, Posté
Il en a déjà fait de même au TAMPON il mis sa ville en faillite mais pour Makot les institutions publiques ne doivent pas dépasser certains pourcentages de dettes mais ceux qui paient les impÃ'ts passeront à la caisse comme d habitude entre revenus fixes et dépendre des impÃ'ts il y a un large fosse
Kriké kraké, Posté
à la fin du chantier la Région sera obligée de mettre un péage pour soulager sa dette
HARLEY DAVIDSON, Posté
BANA I DI LO CHOFFEUR L'A PARTY FÉ LO TOURE DI MONDDE POUQOI LU LA DISPPARRAITE?
ART GALLERY, Posté
Même notre Président de la République, a boycotté son passage dans cette institution et une visite guidée de cette NRL ! Et la perquisition chez les voisins d'AIR AUSTRAL veut tout dire..... va t'il vers une fin catastrophique au point d'hésiter de venir se présenter sur la capitale . . . . .
Nanar, Posté
Mais il a fait quoi c chauffeur ? De qui ?
The economist makot, Posté
Et alors ? Développement = création de dette. Je ne vois pas le probleme. Vous n'avez pas de dette quand vous investissez dans un projet immobilier ? Sur combien 20 ans ? 30 ans ? C'est une routine économique, rien de plus.
MarcelP, Posté
Pas de surprise!
MÃ'véLang, Posté
Voilà ce que c'est que de confier une institution comme la Région à un incompétent et profiteur
André, depuis son mobile, Posté
Ce Monsieur Robert est un incompétent notoire ! il a plombé les finances du Tampon, il plombe la Région .. il est incapable de mener un seul projet à terme. Par compte, chers contribuables , pou met dan sa poche, ça li oubli pa et li charge bien...
Vanda, Posté
Le SOFÈR a peut être une réponse pour vous IMAZ PRESS ! Certainement même...