Visite ministérielle :

La ministre, les manifestants et la pluie


Publié / Actualisé
Brigitte Girardin, ministre de l'Outremer, est arrivée à La Réunion ce vendredi 18 février 2005 pour une visite officielle de deux jours. Séparés par un solide cordon de policiers plusieurs dizaines de partisans et d'opposants au gouvernement l'attendaient à l'aéroport Roland Garros sous une pluie battante. La ministre est allée à la rencontre des uns et des autres
Brigitte Girardin, ministre de l'Outremer, est arrivée à La Réunion ce vendredi 18 février 2005 pour une visite officielle de deux jours. Séparés par un solide cordon de policiers plusieurs dizaines de partisans et d'opposants au gouvernement l'attendaient à l'aéroport Roland Garros sous une pluie battante. La ministre est allée à la rencontre des uns et des autres
"Raffarin, Girardin, gro prométèr, ti donèr (grands prometteurs, petits donneurs - en créole réunionnais) proclament des pancarte brandie par des syndicalistes. "Bienvenue Madame Giradin" semble répondre une banderole portée à bout de bras par des militants UMP. Les premiers se sont rassemblés à l'appel des syndicats (SGEN-CGTR, UNSA, CFDT, FSU, SAIPER), du collectif "Agir pou nou tout" et du parti socialistes. Les seconds sont venus à l'invitation d'André Thien Ah Koon, député-maire UMP du Tampon et de la section UMP de Saint-Denis. L'ambiance est tendue. Il n'en faudrait visiblement pas beaucoup pour que les esprits s'échauffent.
Un très bref ralé poussé (bousculade en créole réunionnais) a même opposé les deux camps. Les forces de l'ordre se sont interposées et les choses se sont calmées.

"Libérez Girardin"

L'avion d'Air France s'est arrivé à l'heure dire en milieu de matinée, mais Brigitte Girardin n'est pas sortie tout de suite dans le hall. Elle a d'abord rencontré la presse dans le salon d'honneur de l'aérogare. Las d'attendre, les manifestants opposés à la politique du gouvernement se sont mis à scander "libérez Girardin". La tension est montée d'un cran lorsque le préfet est sorti dans le hall sans la ministre. En fait, il semble le représentant de l'État soit venu en personne vérifier le dispositif de sécurité.

Emplois stables

Brigitte Girardin est finalement arrivée. Sous les huées de ses opposants, elle est immédiatement allée saluer les militants UMP. Le hall résonnait longtemps des cris de joie et de colère. Serrée de près par les policiers, la ministre a traversé la foule de ses partisans avant de se diriger vers ses opposants. Au nom du collectif "Agir pou nou tout", Jean-Hugues Ratenon a une fois de plus questionné la représentante du gouvernement sur le devenir des salariés en emploi précaire. "Nous avons eu un échange courtois" a ensuite commenté Brigitte Girardin. "J'ai rappelé qu'à ma demande, l'État a décidé uniquement pour les DOM de maintenir le niveau des aides" alloués au financement des emplois précaires, notait-elle. "mais il est évident que l'objectif n'est pas de maintenir ces emplois précaire. L'objectif est de faire en sorte que toutes ces personnes soient formées et aidées pour obtenir un emploi stable" ajoutait-elle. À la question de savoir quels moyens le gouvernement comptait mettre en ?uvre pour parvenir à cet objectif, elle répondait "il existe déjà tout un train de mesures et elles ont déjà permis de créer 7 000 emplois durables. Il nous maintenant nous mobiliser pour poursuivre dans cette voie" concluait-elle.

Annulation


Fortes pluies obligent, une bonne partie de son programme initiale a été annulée. Elle n'a donc pas visité le chantier du basculement des eaux - la piste a été emportée -, ni celui de la route des Tamarins. Brigitte Girardin a donc déjeuné au conseil général avec des représentants du monde économique. Elle a ensuite assisté au conseil régional à la clôture des travaux du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC - voir article par ailleurs). En milieu d'après-midi, elle a rendu visite à des familles de Sainte-Anne (Est) dont les maisons ont été inondées. C'est par une rencontre au conseil général sur l'Europe que la première journée de visite s'est terminée.
Samedi, Brigitte Girardin devrait se rendre dans l'Est et le Sud de l'île pour des visites de chantier notamment. Mais sa journée devrait commencer par un peu plus tôt. L'intersyndicale a en effet appelé à manifester devant la préfecture dès 8 heures. La ministre de l'Outremer se rendra dans les îles Éparses dimanche et lundi. Elle sera de retour à La Réunion mardi où elle inaugurera notamment l'opération de résorption de l'habitat insalubre de Saint-Bernard à la Montagne (Saint-Denis).
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !