Affaire Miss Réunion, Miss France 2008 :

Valérie Bègue garde sa couronne


Publié / Actualisé
Valérie Bègue garde son titre de Miss France 2008. La décision a été prise ce vendredi 28 décembre 2007 par le comité Miss France, la société Endémol, productrice du concept Miss France, et Geneviève de Fontenay. Cependant la jeune femme ne pourra pas participer aux concours internationaux et à certains concours régionaux. La jeune femme était menacée de destitution à la suite de la publication par Entrevue de photos où elle prend des poses jugées suggestives
Valérie Bègue garde son titre de Miss France 2008. La décision a été prise ce vendredi 28 décembre 2007 par le comité Miss France, la société Endémol, productrice du concept Miss France, et Geneviève de Fontenay. Cependant la jeune femme ne pourra pas participer aux concours internationaux et à certains concours régionaux. La jeune femme était menacée de destitution à la suite de la publication par Entrevue de photos où elle prend des poses jugées suggestives
"Valérie Bègue a été élue par 9 millions de téléspectateurs. le comité Miss France ne peut pas se substituer à ce vote" a souligné Sylvie Tellier, directrice de la société Miss France, dans la conférence de presse tenue vendredi matin.
"Je suis heureuse de garder ma couronne. Je confirme que les photos ont été prises à titre privé. J'ai été victime d'une manipulation illicite de mon image. Si j'obtiens des dommages et intérêts à la suite de l'action judiciaire que j'ai engagé contre le magazine qui a publié les images (Entrevue - ndlr), je reverserai l'intégralité des sommes à l'association contre la mucoviscidose et l'association de lutte contre le cancer du sein" a indiqué Valérie Bègue au cours de la conférence de presse. La jeune femme portait son écharpe de Miss France 2008.

"Je reste sur mes positions"

"Je reste sur mes positions. Les photos qui ont été publiées ne correspondent pas à l'image que l'on se fait de Miss France" a pour sa part noté Geneviève de Fontenay. Dès la publication des photos litigieuses, elle avait demandé la démission de Valérie Bègue et avait menacé de quitter le comité si elle conservait son titre. "Elle est à La Réunion, qu'elle y reste" avait-elle commenté. Jugée tendancieuse, la phrase avait déclenché un tollé de protestation dans l'île et un grand élan de soutien à Valérie Bègue. Même l'évêque de La Réunion et le ministre de l'outre-mer avaient pris la défense de la jeune femme. Vendredi, Geneviève de Fontenay a qualifié leur attitude "d'hypocrite".

Action judiciaire

Rappelons que les images publiées par Entrevue montrent la jeune réunionnaise représentant une allégorie du Christ en croix dans une piscine ou léchant le contenu d'un yaourt à l'effigie de Pardon, une marque de sportwear connue pour le contenu provocateur de ses campagnes publicitaires.
À noter que le magazine devrait être mis en vente à La Réunion dans le courant de la journée de ce vendredi 28 décembre 2007. Valérie Bègue, Miss Réunion et Miss France 2008, avait engagé une action judiciaire pour obtenir que le journal ne soit pas distribué dans les points de vente. Le tribunal d'instance de Saint-Denis rendra sa décision le lundi 31 décembre prochain.

Peu d'effet

Les parents et le frère de Valérie Bègue sont ressortis déçus de la salle d'audience. Ils espéraient que le référé déposé par la jeune femme serait immédiatement jugé et que les magistrats interdiraient la vente du magazine publiant des photos suggestives de Miss France 2008.
Arrivé à La Réunion jeudi matin, le journal sera donc mis en vente. Du coup, une éventuelle décision d'interdiction de publication rendue lundi n'aurait que peu d'effet sur la diffusion des images litigieuses.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !