Administration :

Une famille comorienne menacée d'expulsion


Publié / Actualisé
Originaires d'Anjouan (l'une des trois îles de la République fédérale comorienne), Rachad Nourdine, son épouse Faouzia et leurs deux enfants sont sous le coup d'une expulsion vers les Comores. La préfecture leur a ordonné de quitter le territoire ce mardi 22 janvier. Un recours d'annulation de l'arrêté d'expulsion sera examiné ce lundi 21 janvier après-midi par le tribunal administratif. Lundi matin, le comité de soutien à la famille Nourdine a été reçu en préfecture. "Nous avons bon espoir d'obtenir que les Nourdine restent ici" a déclaré l'un des membres de la délégation à l'issue de l'entretien
Originaires d'Anjouan (l'une des trois îles de la République fédérale comorienne), Rachad Nourdine, son épouse Faouzia et leurs deux enfants sont sous le coup d'une expulsion vers les Comores. La préfecture leur a ordonné de quitter le territoire ce mardi 22 janvier. Un recours d'annulation de l'arrêté d'expulsion sera examiné ce lundi 21 janvier après-midi par le tribunal administratif. Lundi matin, le comité de soutien à la famille Nourdine a été reçu en préfecture. "Nous avons bon espoir d'obtenir que les Nourdine restent ici" a déclaré l'un des membres de la délégation à l'issue de l'entretien
"La famille Nourdine n'a jamais cherché à dissimuler sa situation auprès des autorités, bien au contraire" fait remarquer le comité de soutien. Effectivement, s'est en voulant mettre à jour sa carte de séjour que Rachad Nourdine déclenche, bien involontairement, ses ennuis. Possédant un diplôme de niveau bac + 4 et trilingue, il est muté à Mayotte en 1998 par la société internationale qui l'emploie. Avec son épouse et son fils, il entre légalement en territoire français dûment muni d'une carte de séjour valable pour lui et sa famille jusqu'en 2013. Sa fille voit le jour à Mayotte.

Intégration

En 2005, la famille s'installe à La Réunion. Rachad Nourdine occupe un emploi dans un grand hôtel de Saint-Denis. Il est fortement impliqué dans le milieu associatif et participe activement à la lutte contre l'illettrisme. La fillette du couple est en primaire, le fils au collège. Ils font partie des meilleurs élèves de leur classe. Un modèle d'intégration qui avait d'ailleurs été salué en tant que tel par Fadela Amara, Secrétaire d'État à la politique de la Ville, lors de son passage dans l'île fin 2007.

Bonne foi

"Monsieur Nourdine croyait en toute bonne foi que l'autorisation de vivre en France s'appliquait à tout le territoire français, pas seulement à Mayotte. D'ailleurs, il n'est marqué nulle part que la carte de séjour est valable uniquement à Mayotte remarque Ali Soilihi, membre de comité de soutien.
L'administration préfectorale ne l'entend pas de cette oreille. Le titre de séjour sur le sol français, estime-t-elle, n'est valable que pour l'île aux parfums. Elle considère donc que la famille Nourdine vit "sans papiers" à La Réunion et prend la décision de l'expulser vers les Comores. La famille est alors assignée à résidence avec ordre de prendre l'avion ce mardi.


Espoir

Composé de ressortissants comoriens et de membres des associations dans lesquelles ?uvrent Rachad Nourdine, un comité de soutien se met en place. Une procédure d'annulation de l'arrêté d'expulsion est engagée devant le tribunal administratif. L'affaire sera jugée ce lundi après-midi. Dans la matinée, le comité de soutien s'est réuni devant la préfecture. Une délégation a été reçue par deux membres du Cabinet. Une motion leur a été remise. "La situation de cette famille mérite d'être étudié avec soin et humanité. Le contraire plongerait toute la communauté comorienne de la Réunion dans la plus grande consternation et incompréhension" dit notamment le texte.
"Les représentants du préfet nous ont bien reçu et écouté. Nous avons l'espoir qu'une bonne nouvelle sera annoncée cette après-midi à la famille Nourdine" a indiqué le porte-parole du comité à la fin de la rencontre.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !