Antennes satellitaires à Sainte-Marie :

Vent de contestations à Duparc


Publié / Actualisé
Les habitants de Duparc ont rencontré vendredi après-midi les représentants du maire et de France Telecom à la mairie de Sainte-Marie. Le projet d'installation de douze antennes satellitaires à proximité de leur quartier d'habitations était au c?ur des débats. Inquiets face à l'éventuel danger sanitaire que représentent ces antennes, les habitants ont déjà lancé une pétition. Ils réclament des informations sur ce projet Galiléo, le concurrent européen du GPS américain (Global positioning system), qui doit s'implanter sur les terres de France Telecom. D'après les plaignants, la transformation du site a commencé il y a trois mois alors que la demande préalable aux travaux a été refusée par la municipalité.
Les habitants de Duparc ont rencontré vendredi après-midi les représentants du maire et de France Telecom à la mairie de Sainte-Marie. Le projet d'installation de douze antennes satellitaires à proximité de leur quartier d'habitations était au c?ur des débats. Inquiets face à l'éventuel danger sanitaire que représentent ces antennes, les habitants ont déjà lancé une pétition. Ils réclament des informations sur ce projet Galiléo, le concurrent européen du GPS américain (Global positioning system), qui doit s'implanter sur les terres de France Telecom. D'après les plaignants, la transformation du site a commencé il y a trois mois alors que la demande préalable aux travaux a été refusée par la municipalité.
" France Télecom a déposé un dossier pour des travaux de VRD (Voirie réseaux divers) et de clôture. Leur demande préalable aux travaux a été refusée par la mairie", a rappelé vendredi après-midi, Pascal Virama, directeur du service urbanisme à la mairie de Sainte-Marie devant une quinzaine d'habitants suspicieux accusant France Telecom de non respect de la loi.
" Il y a eu un quiproquos dans l'interprétation ", a répondu André Noble, responsable de l'immobilier France Telecom à la Réunion. " Nous n'avons pas réalisé de clôture contrairement à ce que disent les habitants. Ce sont des merlons en terre. " Et, " Les travaux d'infrastructures enterrés ne sont soumis à aucune formalité dans le code de l'urbanisme" a indiqué le directeur du service urbanisme.
La Mairie a indiqué par ailleurs que France Telecom n'avait pas encore déposé de dossier pour la construction du local technique et la mise en place des antennes satellitaires. Ce projet devrait occuper 4,5 hectares de la propriété de France Télecom qui s'étend sur 30 hectares. Pour l'instant, l'implantation de ces antennes est prévue sur des terrains agricoles. La mairie prendra une décision sur le déclassement ou non de ces parcelles après avoir reçu le rapport du commissaire sur l'enquête publique menée autour de ce projet. Cette enquête a été prolongée jusqu'au 19 décembre. Si les habitants sont favorables, le projet pourrait aboutir. Les porteurs de projet ont donc deux semaines pour convaincre les habitants de l'absence de risques sanitaires.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !