Le Port :

Les marins ne pêchent plus


Publié / Actualisé
Une cinquantaine, des matelots et des patrons pêcheurs se sont réunis au comité de pêche du Port ce mercredi matin10 décembre 2008. Le but de la réunion était d'organiser une action contre la hausse du prix du gasoil et contre la baisse du prix d'achat du poisson. Ils ont prévu de se rendre la sous-préfecture de Saint-Paul ce vendredi 12 décembre et pour le moment ils refusent de reprendre la mer
Une cinquantaine, des matelots et des patrons pêcheurs se sont réunis au comité de pêche du Port ce mercredi matin10 décembre 2008. Le but de la réunion était d'organiser une action contre la hausse du prix du gasoil et contre la baisse du prix d'achat du poisson. Ils ont prévu de se rendre la sous-préfecture de Saint-Paul ce vendredi 12 décembre et pour le moment ils refusent de reprendre la mer
Les marins pêcheurs se s'en sortent plus, le constat est le suivant : plus le prix du gasoil augmente, plus le prix du poisson diminue. Forcément les patrons de bateaux n'arrivent plus à assurer leur frais. "Les salaires des marins ont baissé de 40 à 60 %, si cela continue, les matelots ne monteront plus sur les bateaux" explique Laurent Huidot.
"Au cours de la réunion de ce matin, nous avons a décidé de demander un gasoil à 50 centimes le litre. Concernant le prix du poisson, nous constations qu'il est à 2 euros et des poussières en moyenne. Nous ne savons toujours pas pourquoi il est aussi bas. Nous réclamons plus de transparence" relate Laurent Huidot.
Ce vendredi, ils iront donc à la sous-préfecture de Saint-Paul. "Nous voulons une action calme et sans violence. Nous irons avec nos femmes et enfants, nous voulons privilégier le dialogue, qu'on nous explique pourquoi le poisson que l'on nous achète si bas est revendu si cher" précise t-il. "Le sous-préfet a convoqué des représentants des différents armements et usines de l'île. On espère qu'ils vont venir" ajoute-t-il.
"Pour le moment nous refusons d'aller pêcher, et cela même si nous sommes sans ressources. En tout cas une chose est sûre, s'il y avait moins de spéculation, tous les Réunionnais auraient du poisson dans leurs assiettes" conclut Laurent Huidot.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !