Campagne sucrière 2008 - Bilan contrasté :

Pas assez de terre pour la canne


Publié / Actualisé
Durant la campagne sucrière de 2008, 1,7 millions de cannes ont été coupées. L'objectif des deux millions n'a pas été atteint, et la moyenne décennale de 1,8 millions non plus. Plusieurs raisons à cela, le cyclone Gamède et de moins en moins de terres disponibles. Forcément les chiffres baissent. Cependant, sur l'île, certaines régions connaissent une production en hausse, et d'une manière générale le tonnage de cannes prélevé par hectare est en augmentation.
Durant la campagne sucrière de 2008, 1,7 millions de cannes ont été coupées. L'objectif des deux millions n'a pas été atteint, et la moyenne décennale de 1,8 millions non plus. Plusieurs raisons à cela, le cyclone Gamède et de moins en moins de terres disponibles. Forcément les chiffres baissent. Cependant, sur l'île, certaines régions connaissent une production en hausse, et d'une manière générale le tonnage de cannes prélevé par hectare est en augmentation.
Comparée à l'année 2007, qui a été la moins bonne des 50 dernières années, l'année 2008 marque une progression de 13%. La campagne a été mauvaise dans le Nord et l'Est et bonne dans le Sud et l'Ouest. Le bassin cannier le plus en progression en fonction de la moyenne décennale est celui de Savannah à Saint-Paul, le bassin le plus en baisse est celui de Bois-Rouge.
L'indice de richesse de la canne est de 14. Le chiffre est à la hausse. Cela signifie que plus de sucre a été extrait de la canne, une prime de richesse est donc versée aux planteurs. Le chiffrage provisoire de la production de sucre est de 193 600 tonnes.

En 3 ans, 1 500 hectares de terres cultivables ont été perdus, si ces terres étaient présentes durant cette campagne sucrière, les 2 millions auraient été atteints, voir même dépassés explique le syndicat des fabricants de sucre de La Réunion. À ces 1 500 hectares, il faut ajouter les 1 800 en friche soit au total un manque de 3 000 hectares. Le rendement de la canne à l'hectare ne cesse d'augmenter, c'est donc bien un problème de terre. " La question de la surface utile agricole est un problème entre les réunionnais et leurs politiciens. L'excuse de l'union européenne ne joue plus " concluent les parties en présence.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !