Madagascar :

Antananarivo pleure ses morts


Publié / Actualisé
Un calme précaire règne sur Antananarivo ce dimanche matin 8 février. La capitale malgache, et toute la Grande Île avec elle, est sous le choc de la tragédie de ce samedi 7 février. Les forces spéciales de la police - des mercenaires affirment l'opposition - ont tiré à balles réelles sur des milliers de manifestants rassemblés devant le palais présidentiel d'Ambohitforohitra en plein centre de la capitale malgache. Selon un premier bilan encore non officiel, au moins une cinquantaine de personnes, dont un journaliste, ont été tués et plus d'une centaine d'autres blessées. Le président Marc Ravalomanana et son principal opposant, l'ex-maire d'Antananarivo, Andry Rajoelina se rejettent la responsabilité du drame. Une journée de deuil national a été décrétée par l'ancien maire tananarivien. Il a appelé à rendre hommage aux morts au cours d'un grand rassemblement ce lundi sur le stade de Mahamasina à Antananarivo.
Un calme précaire règne sur Antananarivo ce dimanche matin 8 février. La capitale malgache, et toute la Grande Île avec elle, est sous le choc de la tragédie de ce samedi 7 février. Les forces spéciales de la police - des mercenaires affirment l'opposition - ont tiré à balles réelles sur des milliers de manifestants rassemblés devant le palais présidentiel d'Ambohitforohitra en plein centre de la capitale malgache. Selon un premier bilan encore non officiel, au moins une cinquantaine de personnes, dont un journaliste, ont été tués et plus d'une centaine d'autres blessées. Le président Marc Ravalomanana et son principal opposant, l'ex-maire d'Antananarivo, Andry Rajoelina se rejettent la responsabilité du drame. Une journée de deuil national a été décrétée par l'ancien maire tananarivien. Il a appelé à rendre hommage aux morts au cours d'un grand rassemblement ce lundi sur le stade de Mahamasina à Antananarivo.
Samedi, c'est à la fin du meeting d'Andry Rajoelina que la situation a dégénéré. L'ex-maire de la capitale avait rassemblé 20 000 de ses partisans sur la place du 13 mai, lieu symbolique de la résistance malgache, pour leur dévoiler la composition de son gouvernement de transition.

Après s'être déclaré président de la "Haute Autorité pour la Transition", Andry Rajoelina a annoncé qu'il faisait "don" du palais d'Ambohistorohitra, l'un des sièges de la présidence actuelle, à son Premier ministre de transition Monja Roindefo. Le lieu était anciennement affecté au maire tananarivien. Andry Rajoelina demandait à ses partisans de se rendre devant ce bâtiment situé à Antaninarenina en plein centre-ville

Les événements se sont alors précipités. La foule s'est rapidement rassemblée devant le palais situé à proximité de la place du 13 mai. Le cortége des manifestants a fait une première halte à quelques dizaines de mètres du palais. Une délégation d'opposants au régime en place a alors entamé des négociations avec les forces de police anti émeutes de faction pour pouvoir entrer dans le bâtiment dont était absent Marc Ravalomanana. Sous la pression de la foule, les militaires ont reculé. C'est au moment où les manifestants ont recommencé à marcher vers le bâtiment que les premiers coups de feu ont éclaté.

Une quarantaine de personnes au moins, dont un cameraman de RTA (Radio Télé Analamanga), une chaîne de télé privée malgache ont été tuées. Des nombreux manifestants ont été blessés. "C'est terrible, ils se sont mis à tirer comme des fous tout d'un coup. Des gens ont été touchés en pleine tête. Des enfants et des femmes sont tombés à côté de moi" raconte très ému un journaliste de la presse écrite malgache.

Selon un communiqué rendu public par le service de presse de la présidence malgache en début de soirée, le général Dolin, un proche d'Andry Rajoelina, serait le principal instigateur des troubles. "Lorsque l'officier responsable de la sécurité du palais lui a dit que la foule ne peut pas entrer, le meneur principal de Andry Rajoelina revient vers la foule pour lui annoncer le refus des forces de sécurité. Il leur dit " C'est un refus ! C'est un refus ! Ils vont tirer, mais la population ne va pas reculer ! ". Il leur fait signe de la main d'avancer et de forcer le cordon des forces de l'ordre. La foule se rue vers le Palais" relate le communiqué. "Les forces de l'ordre à l'extérieur du palais lancent une grenade fumigène. La foule continue à courir vers le palais. Suivent des tirs de sommation en l'air, et des tirs" poursuit le service de presse de la présidence qui parle d'un premier bilan de vingtaine de morts et d'une trentaine de blessés. Des chiffres qui ont bien en deçà de ceux donnés par les journalistes et les manifestants.

Des ambulances ont dû faire plusieurs navettes entre le lieu du drame et les hôpitaux de la ville. "Au centre hospitalier HJRA à Anosy (le plus proche du centre) les salles de soins et la morgue sont pleins. Le personnel hospitalier fait appel aux étudiants et aux stagiaires pour leur venir leur venir en aide" indique un patient hospitalisé sur place.

Le président de la République, Marc Ravalomanana, s'est exprimé à la télévision et sur la radio en milieu d'après-midi. Il a demandé à la population de "travailler avec les forces de l'ordre pour rétablir le calme". Il a aussi dénoncé "l'irresponsabilité de ceux qui se permettent de lancer la foule sur un palais présidentiel. Ceux-ci sont allés trop loin". Un mandat d'arrêt a été lancé contre le général Dolin.

Rappelons que soutenu par une trentaine de députés et plusieurs personnalités politiques proches de l'ex président Didier Ratsiraka, Andry Rajoelina réclame la démission ou la destitution de l'actuel président, Marc Ravalomanana pour "violations répétées de la constitution". Le samedi 31 janvier, devant plusieurs milliers de personnes, il s'était autoproclamé dirigeant du pays. "C'est moi qui prend le pouvoir. C'est moi qui vais diriger le pays. Nous allons mettre en place un gouvernement de transition" disait-il. le même jour Marc Ravalomanana - le président démocratiquement élu en décembre 2006 -, sortait pour la première fois du silence. Dans une brève conférence de presse, il refusait d'entrer dans la polémique. Il se bornait à déclarer : "je reste le dirigeant de ce pays. J'ai le soutien de la communauté internationale"


Le lundi 2 février, il avait fait déposer une requête en déchéance du chef de l'État devant la haute cour constitutionnelle malgache. Deux jours plus tard, la haute juridiction se déclarait incompétente pour juger du dossier. Dans le même temps, le ministère de l'Intérieur destituait Andry Rajoelina de son mandat de maire "pour ne pas avoir assuré le ramassage des ordures ménagères". Une délégation spéciale était installée pour gérer les affaires courantes. Andry Rajoelina n'a pas reconnu la légitimité de la délégation spéciale et a nommé l'une des adjointes, Michelle Ratsivalaka pour lui succéder.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !