20 millions d'euros de pertes après Gaël :

Maraîchage en détresse


Publié / Actualisé
Les cultures maraîchères ont beaucoup souffert du passage du cyclone Gaël. La chambre d'agriculture a recensé, ce lundi 9 février 2009, 20 millions d'euros de perte sur l'ensemble de l'île pour le maraîchage. C'est trois millions de plus que pour le dernier cyclone, Gamède. Les agriculteurs bénéficieront de l'aide de l'État et du Conseil général.
Les cultures maraîchères ont beaucoup souffert du passage du cyclone Gaël. La chambre d'agriculture a recensé, ce lundi 9 février 2009, 20 millions d'euros de perte sur l'ensemble de l'île pour le maraîchage. C'est trois millions de plus que pour le dernier cyclone, Gamède. Les agriculteurs bénéficieront de l'aide de l'État et du Conseil général.
"Cela confirme bien que Gaël était plus fort que Gamède car pour Gamède on avait enregistré 17 millions de perte" a déclaré ce lundi 9 février Jean-Yves Minatchy, directeur de la Chambre d'agriculture.
Les dégâts causés par Gaël ont été constatés et consignés dans un rapport ce lundi 9 février, après des visites de terrain organisées par les agents de contrôle de la direction de l'agriculture et de la forêt et les techniciens de la chambre d'agriculture.

Ce rapport sera examiné ce jeudi 12 février à la Direction de l'agriculture et de la forêt. Les agriculteurs espèrent débloquer le fonds de secours Outre-mer mis en place par l'État pour les calamités agricoles. Ce fonds de secours permet d'indemniser les particuliers et les entreprises artisanales pour leurs biens endommagés et non assurés.

Une enveloppe de 500 000 euros a été débloquée à La Réunion par le gouvernement pour les exploitations endommagées dans le cadre du plan d'urgence pour l'agriculture. Une somme incontestablement insuffisante, notent les agriculteurs, au vu des 20 millions d'euros de perte déjà enregistrées. Sans compter que les pertes pour la production animale et les autres productions végétales après le passage de Gaël n'ont pas encore été évaluées. Elles le seront d'ici jeudi a indiqué le président de la chambre d'agriculture.

De son côté, le Conseil général a mis en place un dispositif d'aides d'urgence. Les agriculteurs concernés doivent se rapprocher d'un technicien de la collectivité pour bénéficier de cette mesure.

En attendant, une flambée des prix des légumes, surtout des tomates et des salades, sur les marchés forains, n'est pas à exclure.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !