50 personnes touchées chaque année :

Gare à la leptospirose


Publié / Actualisé
La maladie des rats touche chaque année une cinquantaine de personnes, faisant 5 à 10 décès. En période de fortes pluies où les risques de contamination sont plus élevés, la DRASS et la préfecture tiennent rappeler les mesures de prévention, en particulier à l'attention des agriculteurs.
La maladie des rats touche chaque année une cinquantaine de personnes, faisant 5 à 10 décès. En période de fortes pluies où les risques de contamination sont plus élevés, la DRASS et la préfecture tiennent rappeler les mesures de prévention, en particulier à l'attention des agriculteurs.
La leptospirose est une maladie infectieuse grave, transmise à l'homme par des animaux : le rat, les animaux d'élevage (bovins, cabris) et domestiques (petits rongeurs, chiens). La bactérie à l'origine de la maladie (leptospire) est transmise à l'homme par l'urine des animaux. Cette bactérie pénètre dans l'organisme par contact avec les muqueuses (yeux, bouche, nez) et par la peau (en cas de lésions, même insignifiantes). Les fortes pluies entraînent un lessivage des sols et augmentent les risques de contamination des eaux douces stagnantes par les urines des animaux. Plus de 60 % des cas de leptospirose sont recensés parmi les personnes exerçant une activité en lien avec le monde agricole.

Les symptômes : fièvre élevée d'apparition brutale, douleurs musculaires, articulaires et abdominales et forts maux de tête apparaissent 1 à 2 semaines après la contamination. Des formes graves peuvent survenir 4 ou 5 jours après ces premiers signes. En cas de symptômes évocateurs, il faut consulter un médecin au plus vite et indiquer toute activité à risque pratiquée dans les jours précédents.

Aussi, l'exercice d'activités à risque doit s'accompagner de mesures de protection. Se protéger en portant des bottes et des gants, si l'on est en contact direct ou indirect avec l'urine d'animaux, par exemple, lors d'activités telles que la chasse ou l'élevage domestique. Après les fortes pluies, éviter les activités de loisirs en eau douce, en particulier stagnante. Nettoyer, désinfecter et protéger les plaies avec un pansement imperméable.

Des actions de lutte et de prévention sont engagées par les pouvoirs publics. Les communes, le Conseil général et les services de l'Etat poursuivent le plan d'actions défini en 2006, suite à la recrudescence de cas de leptospirose : sensibilisation à la maladie, appui méthodologique et formation des personnels communaux à la lutte contre les rats. En 2009, la FDGDON (Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles) propose aux communes et aux structures intercommunales un soutien méthodologique pour l'élaboration de leur plan de lutte contre les rats.

Par ailleurs, deux projets de sensibilisation grand public, vont voir le jour courant avril 2009 : la diffusion d'une bande-dessinée en créole iréalisée par la FDGDON et la création d'un conte, sous forme de livre/CD français-créole pour les publics scolaires par deux conteurs réunionnais, Anny Grondin et Sully Andoche, a été illustrée par les élèves du collège Plateau Goyaves de Saint-Louis.

La lutte contre les rats relève aussi de la responsabilité de chacun, rappellent la DRASS et la préfecture. Pour limiter leur prolifération, jeter les déchets dans des poubelles munies de couvercles. Et surtout, ne pas déposer les ordures dans la nature.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !