Cavale de Juliano Verbard :

Une chanson sur l'évasion


Publié / Actualisé
L'évasion spectaculaire de Juliano Verbard et de deux autres détenus de la prison de Domenjod par hélicoptère ce lundi 27 avril a inspiré deux jeunes du quartier du Chaudron à Saint-Denis. Les artistes amateurs ont écrit une chanson en créole pour raconter leur surprise devant ce fait d'actualité inattendu à la Réunion.
L'évasion spectaculaire de Juliano Verbard et de deux autres détenus de la prison de Domenjod par hélicoptère ce lundi 27 avril a inspiré deux jeunes du quartier du Chaudron à Saint-Denis. Les artistes amateurs ont écrit une chanson en créole pour raconter leur surprise devant ce fait d'actualité inattendu à la Réunion.
Alors que la chasse à l'homme se poursuit dans l'île depuis l'évasion de Juliano Verbard et deux autres détenus de la prison de Domenjod, le scénario de la fuite par hélicoptère a inspiré pour l'écriture d'une chanson en créole. Depuis les faits, on a pu en effet entendre sur les ondes les paroles suivantes "Juliano la vole un hélico li vé pas rest derrière baro" (En français "Juliano a volé un hélicoptère il ne veut pas rester derrière les barreaux").

Cette chanson a été composée par Frédéric Maillot et Dominique Grimaud. Les deux jeunes habitants le quartier du Chaudron à Saint-Denis ont écrit, disent-ils, les paroles "sous un flamboyant quelques heures seulement" après l'évasion de Juliano Verbard ce lundi 27 avril.
Le morceau a été enregistré sur clé USB mais les deux jeunes se prêtent volontiers au live et même s'ils n'ont pas toujours toutes les paroles en tête.

" Ce n'est pas une chanson à la gloire de Juliano Verbard, répète Frédéric. On n'a pas fait cette chanson pour le mettre sur un piédestal. On est du côté du peuple parce que nous aussi on des petits frères et des petites s?urs et on a peur qu'ils se fassent enlever. Dans la chanson, on dit d'ailleurs qu'on espère vraiment que les flics vont finir par l'attraper."

La musique est un moyen d'expression comme un autre, reprend l'animateur socio-culturel de 23 ans. "On a simplement réagi face à l'actualité. On a été choqué par ce scénario sorti tout droit d'un film. On a aussi voulu montré les failles du système pénitentiaire", explique Dominique. La chanson commence d'ailleurs de la façon suivante : "Mi allume radio pour moin écoute un peu zinfos.Té dan' l'heure onze heures. Mi entende un zistoir i fé peur. Néna trois prisonniers la monte un plan pour zot chapé. La créé un commando pour chap dan la zole Domenjod." (En français : "J'allume ma radio pour écouter un peu les infos. Il est onze heures et j'entends une histoire qui me fait peur. Il y a trois prisonniers qui ont monté un plan pour s'échapper. Ils ont créé un plan commando pour s'échapper de la prison".)

Les deux jeunes décrivent leur chanson d'ailleurs comme " une parodie un peu comme toutes celles qui existent déjà à la Réunion " sur d'autres thèmes de société comme le RMI par exemple. "Si ça nous faisait rire avec nos camarades quand on écrivait les paroles, on les conservait tout en essayant à chaque fois de rester politiquement correcte", note Frédéric. "On a fait cette chanson avant tout pour s'amuser et non pour se faire de l'argent," reprend Dominique.

Déjà sous les feux des critiques, les deux jeunes du Chaudron se défendent en martelant que cette chanson n'est pas à la gloire de Juliano Verbard. Ils disent aussi leur incompréhension devant la marge d'humour et de liberté qu'on accorde à d'autres mais pas à eux.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !