Opération de gendarmerie au Moufia :

Juliano Verbard arrêté


Publié / Actualisé
Juliano Verbard, le Petit Lys d'amour, ses deux co-évadés, Fabrice et Alexin Michel et 5 complices ont été arrêtés ce mercredi soir 6 mai 2009 dans la résidence "les Scribes" située rue de la Bourgogne au Moufia. Les auteurs du détournement de l'hélicoptère font partie des personnes arrêtées. A la suite de leur arrestation, les 8 individus ont d'abord été conduits à la caserne de gendarmerie de Vérines (Saint-Denis). À22 heures 05, Juliano Verbard et ses deux complices ont été ramenés à la prison de Domenjod où ils continueront à purger leur peine. Cette arrestation met fin à 10 jours de cavale du chef de la secte C?ur immaculé et douloureux de Marie. Ce sont des écoutes téléphoniques qui ont rendu possibles les interpellations.
Juliano Verbard, le Petit Lys d'amour, ses deux co-évadés, Fabrice et Alexin Michel et 5 complices ont été arrêtés ce mercredi soir 6 mai 2009 dans la résidence "les Scribes" située rue de la Bourgogne au Moufia. Les auteurs du détournement de l'hélicoptère font partie des personnes arrêtées. A la suite de leur arrestation, les 8 individus ont d'abord été conduits à la caserne de gendarmerie de Vérines (Saint-Denis). À22 heures 05, Juliano Verbard et ses deux complices ont été ramenés à la prison de Domenjod où ils continueront à purger leur peine. Cette arrestation met fin à 10 jours de cavale du chef de la secte C?ur immaculé et douloureux de Marie. Ce sont des écoutes téléphoniques qui ont rendu possibles les interpellations.
Selon India Conte qui réside dans l'immeuble, l'opération a commencé en début de soirée. Un important dispositif de gendarmerie avait encerclé puis investi les lieux. "J'ai vu à la télévision que des gendarmes avaient lancé une opération au Moufia et j'ai remarqué que c'était mon immeuble. J'ai alors regardé à l'extérieur, j'ai vu les gendarmes conduire 3 personnes menottées dans un fourgon. Leur visage était couvert par une chemise", raconte t-elle. L'opération a pris fin à 19 heures 45. Les 8 individus ont été transférés dans des véhicules de gendarmerie sous les cris des badauds présents sur les lieux.

Dans le quartier, la surprise se mêle avec le soulagement. En effet, les habitants du quartier ne s'attendaient pas à ce que Julianio Verbard et ses complices puissent se cacher dans cet immeuble. "Il n'y a jamais eu de mouvement suspect", affirme India Conte.

Dès l'arrivée des premiers véhicules de gendarmerie, les badauds ont commencé à se regrouper devant l'immeuble. Plus l'opération avançait, plus le nombre de curieux augmentait, jusqu'à être plus de 300. La tension était parfois vive. Des badauds ne cachaient pas leur volonté de lyncher "ce violeur de marmaille".

Lors du transfert des 8 individus dans les camions de gendarmerie, insultes et huées ont fusé dans la foule. Certains réclamaient le rétablissement de la peine de mort. Les gendarmes ont été longuement applaudi par les badauds. Une fois les véhicules cellulaires partis, le calme est peu à peu revenu dans la rue de la Bourgogne.

Juliano Verbard s'est évadé de la prison de Domenjod (Saint-Denis) le lundi 27 avril en compagnie de son amant, Fabrice Michel, et de son beau-père, Alexin Michel. Trois de leurs complices avaient détourné un hélicoptère. Sous la menace de leurs armes, ils ont ensuite obligé le pilote et le mécanicien à se poser dans la cour de la prison et à prendre en charge les trois détenus sous le regard médusé des gardiens de prison. Une fois les prisonniers dans l'hélicoptère, la machine a repris de l'altitude pour se poser dans un terrain vague derrière la Technopole. Ils ont ensuite pris la fuite à bord d'une fourgonnette blanche.

Suite à cette évasion spectaculaire, une première à La Réunion, une gigantesque chasse à l'homme est organisée partout dans l'île. Le plan Papangue est déclenché. La section de recherche de la gendarmerie est chargée des recherches. 700 hommes sont mobilisés pour retrouver les fugitifs et leurs complices.

Dans un premier temps, des barrages filtrants sont mis en place sur les principaux axes routiers de l'île. "Ce sont les premières heures de l'évasion qui sont les plus déterminantes", affirmait le procureur François Muguet. Mais les barrages s'avèrent inefficaces. Ils entament alors des opérations de renseignement sur le terrain. Des battues sont organisées dans plusieurs secteurs de l'île. Les régions de Sainte-Suzanne, de Sainte-Marie, de Trois-Bassins ou encore de Salazie sont fouillées avec minutie mais sans succès.

En parallèle, l'enquête pour déterminer qui sont les complices et pour retrouver la fourgonnette blanche est menée. Les enquêteurs retrouvent dans l'hélicoptère la carte d'identité d'un des auteurs du détournement. Dès le lendemain, 6 personnes (3 hommes et 3 femmes) sont mises en garde-à-vue. Toutes sont des adeptes de la secte C?ur immaculé et douloureux de Marie.

La fourgonnette blanche est retrouvée le 30 avril à Sainte-Clotilde. Le 1er mai, les 6 personnes en garde-à-vue sont présentées au parquet. 5 d'entre elles sont mises en détention pour complicité d'enlèvement, séquestration et détention arbitraire d'otages commis en bande organisée. La dernière personne soupçonnée d'avoir fait partie du commando ayant détourné l'hélicoptère est mise en examen mais laissée en liberté. Peut-être pour servir d'appât.

Dans les jours qui suivent, les gendarmes continuent leurs recherches intensives. En particulier dans le nord-est de l'île. Ainsi, le lundi 4 mai, une perquisition est effectuée au domicile d'une dame âgée adepte de la secte dans la cité Ferdinand aux Camélias (Saint-Denis).

Le dénouement est donc arrivé ce mercredi soir avec l'arrestation de Juliano Verbard, de ses deux co-détenus et de 5 de leurs complices dans un quartier populaire de Saint-Denis.

Juliano Verbard avait orchestré le vendredi 3 août 2007 l'enlèvement au domicile de ses parents du jeune Alexandre, 12 ans au moment des faits. Il l'avait désigné comme son successeur à la tête de la secte L'enfant avait été retrouvé et libéré le dimanche 5 août 2007 par les forces de l'ordre au Tampon. Juliano Verbard et ses disciples étaient incarcérés depuis.

L'enlèvement a été commis alors que Juliano Verbard était en cavale et recherché pour des faits de viols et agressions sexuelles perpétrés sur mineur en 2005. En 2008 il avait été condamné dans ce dossier à 15 ans de réclusion criminelle. L'affaire de l'enlèvement d'Alexandre n'a pas encore été jugée.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !