Océan Indien :

Mayotte : explosion de colère


Publié / Actualisé
Des manifestations contre la vie chère ont tourné à l'affrontement avec les gendarmes ce mercredi 2 décembre 2009 sur Petite-Terre, l'une des deux îles de Mayotte, relate l'AFP dans une dépêche reprise par le site du Point. Deux gendarmes mobiles ont été blessés, dont l'un "sérieusement" mais sa vie n'est pas en danger, par une grenade renvoyée dans leur direction par un manifestant, a indiqué la direction de la gendarmerie à Paris, note la dépêche d'agence.
Des manifestations contre la vie chère ont tourné à l'affrontement avec les gendarmes ce mercredi 2 décembre 2009 sur Petite-Terre, l'une des deux îles de Mayotte, relate l'AFP dans une dépêche reprise par le site du Point. Deux gendarmes mobiles ont été blessés, dont l'un "sérieusement" mais sa vie n'est pas en danger, par une grenade renvoyée dans leur direction par un manifestant, a indiqué la direction de la gendarmerie à Paris, note la dépêche d'agence.
Les manifestations ont commencé tôt mercredi matin en Petite-Terre. Des barrages ont rapidement été érigé sur la principale route reliant l'aéroport à Dzaoudzi, localité où se trouve l'embarcadère de la barge reliant Petite Terre et Grande Terre.
Les forces de l'ordre ont répondu à des jets de pierre par des tirs de grenades lacrymogènes et de flashball. Plusieurs manifestants ont été arrêtés.

Tôt dans la matinée, répondant à l'appel du collectif des citoyens perdus de Labattoir et de Pamandzi, deux localités de Petite-Terre, les manifestants avaient commencé par occuper des ronds-points stratégiques pour témoigner de leur exaspération face à la hausse continue du coût de la vie.

Les blocages ont persisté toute la journée, les responsables de la gendarmerie et de la préfecture exigeant la levée des barrages avant toute négociation et le collectif demandant le retour des forces de l'ordre dans leur caserne, note encore l'AFP.
Mayotte, qui compte près de 200.000 habitants, est confrontée à une forte immigration clandestine venue des Comores voisines.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !