Santé publique :

Protéger le rein


Publié / Actualisé
À La Réunion, un millier de personnes souffrant d'insuffisance rénale chronique terminale sont traitées par dialyse tous les ans. Sur l'ensemble du territoire national, les affections rénales touchent près de 3 millions de malades. La Journée mondiale du rein qui a lieu ce jeudi 11 mars 2010 est l'occasion pour l'AURAR (association du rein artificiel de La Réunion) de "sensibiliser le public, les pouvoirs publics et les professionnels de santé non néphrologues sur l'impact des maladies rénales en santé publique"
À La Réunion, un millier de personnes souffrant d'insuffisance rénale chronique terminale sont traitées par dialyse tous les ans. Sur l'ensemble du territoire national, les affections rénales touchent près de 3 millions de malades. La Journée mondiale du rein qui a lieu ce jeudi 11 mars 2010 est l'occasion pour l'AURAR (association du rein artificiel de La Réunion) de "sensibiliser le public, les pouvoirs publics et les professionnels de santé non néphrologues sur l'impact des maladies rénales en santé publique"
L'objectif est d'arriver à une généralisation du dépistage et du diagnostic précoce de ces maladies afin d'éviter ou de retarder les mises en dialyse et les décès prématurés. Le souci répond à une situation préoccupante. "On constate que parmi les patients en hémodialyse, 33% ont commencé leur traitement en urgence" remarque en effet l'AURAR. "Pour ces maladies, la prévalence de personnes diabétiques est estimée à 11,2% dans l'île contre 3% en métropole" ajoute l'association. Le diabète, qui proportionnellement touche 4 fois plus de personnes qu'en métropole, est la principale cause des maladies rénales.

La Journée mondiale du rein veut donc "sensibiliser l'opinion, les pouvoirs publics et les professionnels de santé non néphrologues sur l'impact des maladies rénales en santé publique, la prévention de l'insuffisance rénale chronique et son traitement par la dialyse et la greffe" note l'AURAR.

Rappelons que La Réunion est la seule île de la région à avoir une activité de transplantation rénale. Les patients locaux, mais aussi Mahorais, Comoriens, Malgaches, Mauriciens et Seychellois, bénéficient de cette activité. La première transplantation a eu lieu dans l'île le 4 juillet 1985. Depuis, près de 400 opérations de ce type, ont été effectuées dont 14 à partir de donneurs vivants apparentés aux patients.


   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !