Violences conjugales - campagne de sensibilisation :

150 000 bouteilles d'eau contre la violence


Publié / Actualisé
"Ne laissez pas la violence s'installer, réagissez". Dès ce vendredi 30 avril 2010, le message est inscrit sur 150 000 bouteilles d'eau de la marque Cilaos. Cette campagne de communication contre les violences conjugales est portée par la brigade de prévention de la délinquance juvénile de Saint-Denis (BPDJ). La délégation régionale aux droits des femmes et à l'égalité des chances, et la société des eaux de Cilaos sont partenaires de ce projet.
"Ne laissez pas la violence s'installer, réagissez". Dès ce vendredi 30 avril 2010, le message est inscrit sur 150 000 bouteilles d'eau de la marque Cilaos. Cette campagne de communication contre les violences conjugales est portée par la brigade de prévention de la délinquance juvénile de Saint-Denis (BPDJ). La délégation régionale aux droits des femmes et à l'égalité des chances, et la société des eaux de Cilaos sont partenaires de ce projet.
"Les bouteilles d'eau vont être les casques bleus de la lutte contre les violences faites aux femmes", déclare Michel Lalande, préfet de La Réunion. Sophie Elezion, déléguée régionale aux droits des femmes et à l'égalité des chances, précise que cette action de sensibilisation de la BPDJ s'inscrit dans un cadre plus large : "La lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée grande cause nationale 2010". La déléguée régionale ajoute qu'"au delà du message de sensibilisation l'idée est de donner les moyens aux victimes de briser le tabou".

"Pourquoi une bouteille d'eau car c'est un vecteur de communication qui s'introduit dans toutes les maisons" explique la BPDJ. Sophie Elézion justifie le choix du logo : "l'ourson amène à penser aussi aux enfants victimes de ces violences intra-familiales. Le dessin rappelle le dernier travail de la BPDJ, les prêt-à-poster". Pour la concrétisation de ces idées, la grosse difficulté de la BPDJ "a été de trouver une entreprise". Après quelques échecs essuyés, c'est finalement la société Cilaos qui accepte. "C'est une première, Cilaos n'avait jamais eu de partenariat de communication", indique Patrick Chan-Outeung. La région a financé la création du visuel à hauteur de (1500 euros) et Cilaos a pris en charge le coût de l'impression (1000 euros).

"Sur 3 ans, la tendance est à la hausse. Au premier trimestre 2010, 563 faits de violences ont été enregistrés, contre 485 au premier trimestre 2009", rappelle le préfet. Pour Michel Lalande, "l'augmentation du nombre de plaintes, l'évolution inquiétante des chiffres résulte aussi de l'augmentation de la sensibilisation. Les gens sont aujourd'hui mieux entourés et ainsi osent plus parler. La féminisation des gendarmeries n'est pas étrangère à cette libéralisation de la parole", affirme-t-il.

Pour Philippe Le Mouel, commandant de la gendarmerie de la Réunion, "les actions préventives sont indispensables aux actions répressives". À la BPDJ "des sous-officiers se consacrent uniquement à la prévention", précise-t-il. "La BPDJ réalisent tout au long de l'année des actions de communication contre les violences intra-familiales", continue Jean Ogire, adjudant chef de la BPDJ.

L'adjudant-chef rappelle que "cette nouvelle réalisation est la septième que la BPDJ met en place contre les violences intra-familiale. En 2007, des stands interactifs ont été organisés, ainsi qu'un concours de poèmes et la diffusion des meilleurs textes sur les bus. Une campagne par sms, un dvd avec Téat la kour, et un clip musical avec le chanteur James sont réalisés l'année suivante, et en 2009 10 000 prêt à poster sont à l'effigie de la campagne contre les violences". Dans les projets à venir : une BD pour les élèves de primaires, et un court métrage de 26 minutes.

Marie Trouvé pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !