Politique du gouvernement :

Un 4 septembre contre les discriminations


Publié / Actualisé
La Ligue des Droits de l'Homme lance un appel au "rassemblement républicain" le 4 septembre prochain à partir de 14 heures sur le parvis des droits de l'homme (Champ-Fleuri) pour dire "non aux discriminations racistes et xénophobes". Cette mobilisation nationale veut dénoncer "une série de déclarations et d'actions provocatrices et irresponsables des plus hautes autorités de l'État, reprenant les discours de l'extrême droite".
La Ligue des Droits de l'Homme lance un appel au "rassemblement républicain" le 4 septembre prochain à partir de 14 heures sur le parvis des droits de l'homme (Champ-Fleuri) pour dire "non aux discriminations racistes et xénophobes". Cette mobilisation nationale veut dénoncer "une série de déclarations et d'actions provocatrices et irresponsables des plus hautes autorités de l'État, reprenant les discours de l'extrême droite".
"Après le calamiteux débat sur l'identité nationale, voici que le Président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d'une immigration assimilée à la délinquance, et offre à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale", fustige la Ligue des Droits de l'Homme. Le collectif fait notamment référence à l'expulsion en métropole de roms ces dernières semaines.

Pour la LDH, "cette politique est contraire aux principes fondamentaux de la République et à La Constitution", remettant en cause "notre vivre ensemble". L'association estime que l'argument de la sécurité est "un faux prétexte". "Une telle démarche ne s'inscrit pas dans le débat légitime sur la manière d'assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l'ordre public n'a pas à être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires. Ni pour instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l'indépendance de la justice et à l'individualisation des peines", insiste un représentant de la Ligue.

C'est pour dénoncer cette "politique ouvertement xénophobe" que la LDH appelle à la mobilisation le 4 septembre, à l'occasion du 140ème anniversaire de la proclamation de la République par Gambetta. Ce mouvement national sera relayé à La Réunion par plus de 30 organisations qui se réuniront sur le parvis des droits de l'homme (Champ-Fleuri) à partir de 14 heures. Après les prises de paroles, une délégation se rendra à la préfecture pour déposer le texte de protestation. D'autres groupes semblables se rendront dès le lundi 6 septembre dans les différentes collectivités de l'île pour déposer le même texte.

Par ailleurs, la Ligue des Droits de l'Homme va écrire à des élus, à des reponsables économiques, associatifs, syndicaux, éducatifs, culturels, religieux ainsi qu'à des artistes en leur posant un certain nombre de questions :

"Dans le fond de votre conscience républicaine, dans le fond de votre conscience réunionnaise, au-delà des sensibilités des uns et des autres,

Etes-vous d'accord avec cette politique ?
Etes-vous d'accord pour ces expulsions collectives ?
Etes-vous d'accord pour assimiler comme l'extrême droite délinquance et immigration ?
Etes-vous d'accord pour instaurer deux catégories de français en distinguant "l'origine étrangère" ?"

"Nous publierons les réponses de chacun. Et nous publierons aussi la liste de ceux qui exprimeront leur opinion par une non-réponse", indique le représentant de l'association. Enfin, une pétition en ligne est disponible sur le site http://nonalapolitiquedupilori.org/

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !