Nigéria :

Trois employés de Bourbon kidnappés


Publié / Actualisé
Le navire Bourbon Alexandre appartenant au groupe Bourbon a été attaqué dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 septembre 2010 sur le champ pétrolier d'Addax situé au large du Nigéria. 3 membres d'équipage de nationalité française, ont été enlevés. Les 13 autres marins "sont restés à bord et aucun blessé n'est à déplorer" indique dans un communiqué publié mercredi soir le groupe dirigé par Jacques de Châteauvieux. À ce stade, ucune revendication n'a encore été formulée note l'entreprise. Il n'y a pas de Réunionnais parmi les marins enlevés.
Le navire Bourbon Alexandre appartenant au groupe Bourbon a été attaqué dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 septembre 2010 sur le champ pétrolier d'Addax situé au large du Nigéria. 3 membres d'équipage de nationalité française, ont été enlevés. Les 13 autres marins "sont restés à bord et aucun blessé n'est à déplorer" indique dans un communiqué publié mercredi soir le groupe dirigé par Jacques de Châteauvieux. À ce stade, ucune revendication n'a encore été formulée note l'entreprise. Il n'y a pas de Réunionnais parmi les marins enlevés.
Le Bourbon Alexandre, un navire de type releveur d'ancre battant pavillon français, a "fait l'objet d'un assaut conjugué de plusieurs canots rapides" informe le groupe Bourbon dans son communiqué. Le groupe ajoute que les familles des marins enlevés ont été informées. "La cellule de crise de Bourbon à Marseille, en coordination avec la cellule d'urgence de Bourbon au Nigéria, évalue la situation en temps réel et est mobilisée pour obtenir une libération dans les meilleurs délais et conditions de sécurité" poursuit le communiqué.

Le groupe dit travailler "bien évidemment en étroite collaboration avec les autorités françaises et nigérianes" et précise qu'il "ne fera aucun autre commentaire qui pourrait nuire à la libération des membres d'équipage enlevés".

"Le groupe Bourbon a déjà été confronté à trois reprises depuis août 2008 à des enlèvements de collaborateurs au Nigeria, où le phénomène est courant. Les personnes avaient été à chaque fois relâchées peu après" souligne l'AFP dans une dépêche publiée mercredi soir.
L'enlèvement de ces trois Français s'est produit six jours après le rapt au Niger revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) de cinq Français, employés du groupe nucléaire français Areva.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !