Saint-Denis :

Fin d'alerte à la bombe dans le centre-ville


Publié / Actualisé
Une alerte à la bombe a été déclenchée ce vendredi 24 septembre 2010 peu avant 14 heures à Saint-Denis. Un appel téléphonique anonyme a averti la standardiste de la BFC (banque française commerciale de l'Océan Indien) qu'un engin explosif avait été déposé à l'agence située à l'angle des rues Alexis de Villeneuve et Jules Auber en plein centre-ville. La police a immédiatement bouclé le quartier faisant évacuer tous les commerces et les entreprises situés dans un large périmètre. Les démineurs ont commencé à inspecter les lieux vers 15 heures. Des dizaines de badauds assistent de loin aux opérations. A 16 heures, l'intervention était terminée, aucun engin explosif n'a été trouvé. Il s'agissait donc d'un canular.
Une alerte à la bombe a été déclenchée ce vendredi 24 septembre 2010 peu avant 14 heures à Saint-Denis. Un appel téléphonique anonyme a averti la standardiste de la BFC (banque française commerciale de l'Océan Indien) qu'un engin explosif avait été déposé à l'agence située à l'angle des rues Alexis de Villeneuve et Jules Auber en plein centre-ville. La police a immédiatement bouclé le quartier faisant évacuer tous les commerces et les entreprises situés dans un large périmètre. Les démineurs ont commencé à inspecter les lieux vers 15 heures. Des dizaines de badauds assistent de loin aux opérations. A 16 heures, l'intervention était terminée, aucun engin explosif n'a été trouvé. Il s'agissait donc d'un canular.
Rappelons que comme dans toute la France, le plan Vigipirate a été renforcé et activé au niveau rouge à La Réunion depuis ce lundi 20 septembre. Une sécurité renforcée qui se traduit par le renforcement des patrouilles à l'intérieur et à l'extérieur des aéroports. Depuis ce lundi matin, les militaires qui patrouillent dans les aérogares ont été réarmés. La police de l'air et des frontières va être plus présente, notamment pour vérifier qu'il n'y a pas de paquets abandonnés. D'autres mesures plus confidentielles ont également été mises en place, notamment au niveau de la vérification des bagages des voyageurs.



À noter que le renforcement des mesures du plan Vigipirate concerne aussi les ports, les réseaux de communication ou encore les réseaux d'eau potable. 

Le plan Vigipirate est activé pour trois mois.



Ces mesures de sécurité renforcée ont été décidées à la suite d'information faisant état, selon les autorités, d'une très sérieuse menace d'attaque terroriste sur le sol français. Bernard Squarcini, patron de la DCRI, a estimé ainsi que "tous les clignotants (étaient) au rouge".

"Plusieurs faits laissent penser que la possibilité d'un acte terroriste, que les services de l'antiterrorisme n'ont jamais exclu pour la France, a pu augmenter" écrit pour sa part lepoint.fr.

"Outre la proximité de l'anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et la persistance de l'engagement militaire français en Afghanistan, il est relevé que le Sénat français a voté définitivement mardi dernier l'interdiction totale du voile intégral musulman, la burqa ou le niqab" écrit le journal le Monde.
"L'annonce de cette mesure quasi unique en Europe avait entraîné il y a quelques mois des menaces de dirigeants de groupes islamistes radicaux contre la France, notamment Al Qaïda au Maghreb islamique" note lepoint.fr.



   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !