Sainte-Marie - Soupçons de fraude électorale :

Un collectif veut la transparence sur les régionales


Publié / Actualisé
Des soupçons de fraude électorale planent sur les élections régionales de mars 2010 depuis un article du Journal de l'île, paru le 16 septembre dernier. Ce reportage intitulé "Régionales : Jean-Louis Lagourgue a-t-il triché ?" évoque de possibles malversations à Sainte-Marie lors de ces élections. À la suite de la publication de cet article, un collectif, "justice et transparence", a été crée pour "faire la lumière" sur cette affaire. Les membres de l'association ont réussi à obtenir "des documents qui corroborent la thèse émise par le journal". Ces pièces ont été présentés à la presse ce mercredi 27 octobre. Le collectif souhaite que "l'opinion publique se saisisse de l'affaire et que justice soit faite".
Des soupçons de fraude électorale planent sur les élections régionales de mars 2010 depuis un article du Journal de l'île, paru le 16 septembre dernier. Ce reportage intitulé "Régionales : Jean-Louis Lagourgue a-t-il triché ?" évoque de possibles malversations à Sainte-Marie lors de ces élections. À la suite de la publication de cet article, un collectif, "justice et transparence", a été crée pour "faire la lumière" sur cette affaire. Les membres de l'association ont réussi à obtenir "des documents qui corroborent la thèse émise par le journal". Ces pièces ont été présentés à la presse ce mercredi 27 octobre. Le collectif souhaite que "l'opinion publique se saisisse de l'affaire et que justice soit faite".
Selon le Jir, "un document qui devrait prochainement atterrir sur le bureau du procureur de la République" démontrerait que des assesseurs ont été payés par la Ville de Sainte-Marie pour tenir des bureaux de vote. "Cela est confirmé par les éléments que nous possédons" indique Geoffroy Geraud Legros, membre du collectif "justice et transparence".

Le premier document est un courrier adressé par Jean-Louis Lagourgue à un employé communal. "L'année dernière pour les élections européennes de juin, vous avez démontré votre sens du professionnalisme en acceptant de travailler dans un bureau de vote. J'espère pouvoir compter sur votre volontariat pour les élections régionales des 14 et 21 mars 2010. En contrepartie, une prime de 100 euros vous sera attribuée pour chaque dimanche travaillé", peut-on lire. La nomination de l'agent aux fonctions d'assesseur est ensuite confirmée par un récépissé et une note signés par le maire de Sainte-Marie. Le collectif a produit ces deux pièces.

Le dernier document présenté est un bulletin de paie du mois de juillet 2010. Deux lignes intitulées "indemnité élection" en date de mars 2010" permettent à l'employé communal de percevoir une indemnité de 200 euros. "Cela correspond, vraisemblablement, à la participation du salarié aux deux tours des régionales en tant qu'assesseur" Geoffroy Geraud Legros. Selon les membres du collectif, plusieurs employés communaux ont ainsi été sollicités dans les différents bureaux de vote de la commune.

"Nous ne portons pas d'accusation particulière. Nous présentons simplement les éléments que nous avons réussi à réunir. Les Réunionnais devront se faire leur propre opinion", explique Geoffroy Geraud Legros. "A une époque où les hommes politiques parlent de plus en plus de transparence, il faut que la population sache que ce genre de procédé existe encore", s'insurge t-il. "Maintenant que le débat est ouvert, nous espérons que la justice se saisira de l'affaire et fera la lumière sur nos interrogations", conclut-il.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !